La Grande Guerre oubliée: Russie 1914-1918. Alexandre Sumpf. Aux éditions Perrin.

La grande guerre oubliée Alexandre Sumpf

En cette année du début du Centenaire de la Première Guerre Mondiale, on va beaucoup entendre parler de la bataille de la Marne mais aussi (déjà) des tranchées, de Verdun, bref du front occidental. Beucoup ignorent ou oublient sans doute la dimension mondiale du conflit et particulièrement le front oriental où la Russie des Tsars était notre alliée contre les empires allemand et austro-hongrois !

C’est tout l’intérêt de cet ouvrage de 450 pages qui vient d’être publié aux éditions Perrin. Je n’en connais pas l’auteur, jeune historien, qui a déjà livré deux ouvrages sur l’URSS. Mais comme, il y a peu d’ouvrages, en français, sur le sujet, je ne peux qu’en saluer la sortie !

La Grande Guerre oubliée: Russie, 1914-1918. Par Alexandre Sumpf aux éditions Perrin (450 pages) en octobre 2014.

{lang: 'fr'}

Ligne de front n°52. Magazine.

Ligne de front #52

Un excellent sommaire pour ce numéro de novembre & décembre 2014:

  • L’industrie d’armement du IIIe Reich confrontée à la guerre. On a toujours l’image d’une Allemagne nazie sur-militarisée. Ce ne fut pas le cas  au niveau de la mobilisation industrielle. C’est ce que démontre Christophe Dutrône dans cet article qui va de l’avant guerre à 1945. Avec un tableau de la production entre 1939 et 1945. Dommage qu’il n’y ait pas de bibliographie pour aller plus loin.
  • Août 1941, Guderian marche sur Gomel. Boris Laurent nous emmène en pleine opération Barbarossa au moment du choix déterminant: Moscou ou l’Ukraine ? La question se posa tant du côté d’Hitler que de Staline.
  • La conquête des ruines. « Downfall » contre « Ketsu-go ». L’invasion du Japon qui n’a jamais eu lieu. Un article bien complet et passionnant de Vincent Bernard sur les plans respectifs des deux belligérants concernant l’invasion du sol nippon. Moyens disponibles, plans offensifs et défensifs, évaluation des pertes potentielles.
  • Retour à Arnhem. Premières réactions allemandes contre les Britanniques (17-18 septembre 1944). J’ai beaucoup lu récemment sur l’opération Market-Garden bien évidemment surtout du côté anglo-saxon. Alexandre Thers a pris le parti de relater les opérations vues du côté allemand. Bien intéressant. Avec trois cartes sur lesquelles je trouve qu’il manque bien des coupures humides…
  • 1914-1918: la guerre des effectifs ou les aléas de la mobilisation humaine. La 1ère guerre mondiale fut la guerre de toutes les démesures. La mobilisation des effectifs des différents belligérants fut sans commune mesure avec les guerres de siècles précédents. Max Schiavon nous propose de découvrir la montée aux extrêmes des effectifs confrontée à deux problèmes majeurs: les pertes au combat mais aussi la nécessaire mobilisation industrielle.
  • Les nebelwerfer, lanceurs de fumigènes explosifs. L’utilisation de fusées tant pour les fumigènes que pour la saturation d’explosifs. Les différentes versions sont présentées ainsi avec pléthore de médias rares et un organigramme de batterie. Par Didier Laugier.

Ligne de front n°52. Numéro de novembre & décembre 2014. Un magazine des éditions Caraktère.

 

 

{lang: 'fr'}

Les routes de la liberté. Nicolas Aubin.

Les routes de la liberté Nicolas Aubin

Important, passionnant et indispensable !

J’avais déjà croisé la route de Nicolas Aubin au travers d’articles dans les revues d’histoire militaire, il nous livre ici ce qui est, pour moi, son premier ouvrage dans le domaine. Et sincèrement, je pense que c’est une grande réussite. J’irai même plus loin, je range cet ouvrage parmi mes ouvrages importants de l’année 2014, aux côté de la biographie de Joukov de Lopez/Otkhmezuri et du « Sous le feu » du colonel Michel Goya, c’est dire !

« Les routes de la liberté » ont pour sujet : la logistique américaine en France et en Allemagne, 1944-1945.

Sujet trop peu traité dans l’historiographie de la seconde guerre mondiale et sur lequel Nicolas Aubin nous livre une étude complète, profonde et multidimensionnelle. L’auteur va plonger dans l’histoire de la jeune nation américaine pour comprendre la genèse de la logistique « made in USA« , remettant en perspective les forces mais surtout des faiblesses qu’on imagine rarement. Tout le long de l’ouvrage, Nicolas Aubin va d’ailleurs pointer les insuffisantes américaines associées à un solide sens de l’adaptation qui va leur permettre systématiquement de redresser la situation et de conceptualiser des process plus efficaces jusqu’à en devenir redoutables !

Un beau chapitre est consacré à la planification des opérations logistiques spécialement en vue du D-Day: les enjeux colossaux en termes de débarquement et d’approvisionnement du D-Day, ce qui se passe en bien et en mal,  le rôle des ports artificiels et l’impact de la tempête de juin, la difficulté à prendre des ports; bref, le retard pris sur le master plan.

Avec l’opération Cobra, la percée tant attendue va avoir lieu et les lignes de ravitaillement vont s’allonger très rapidement, la machine logistique va inexorablement se dérégler entraînant dysfonctionnements sur dysfonctionnements. Au delà de la mise en place des voies du « Red Ball Express », on en verra les limites, l’impact sur l’usure des hommes et des matériels, le recours délicat au transport aérien et  les comportements déviants aux différents niveaux opérationnels pour la lutte à l’attribution des approvisionnements.

Avec la volonté d’Eisenhower de progresser sur un front large, la machine logistique va se bloquer peu à peu. Nicolas Aubin relativise cependant le phénomène, chiffres à l’appui, et nous démontre la capacité d’adaptation réelle des Américains pour corriger le problème rapidement. Après l’arrêt de l’hiver 1944, on aura droit à une logistique bien mieux huilée lors la pénétration en Allemagne au printemps 1945.

Dans un beau chapitre terminal, Nicolas Aubin nous propose une intéressante analyse comparée des systèmes de la Blitzkrieg allemande et des fronts soviétiques de 1945. Lors de la lecture de l’ouvrage, on a eu quelques regards positifs en contrepoint sur la logistique britannique. Peut-être aurons-nous l’occasion d’en savoir plus dans un autre ouvrage ? ;-)

Au final, un ouvrage évidemment assez technique mais avec un auteur capable de passer rapidement d’une vision stratégique à des considérations très « raz du terrain ». On a donc ici une capacité d’analyse et de synthèse réellement remarquable. On sent également que l’auteur a fourni un énorme travail de recherche documentaire (voir sa bibliographie et ses notes régulières).

Qui plus est, et j’y suis attaché, c’est un ouvrage bien écrit dans un style qui sait rendre vivante une matière quand même assez aride.

Maintenant, il faut souligner aussi l’importance du travail réalisé par l’éditeur, Histoire & Collections, qui a donné à Nicolas Aubin un écrin de toute beauté à son travail d’écriture: qualité des illustrations , rareté des médias, tableaux, ordre de bataille, cartes en soutien.

Donc un texte remarquable pour un travail d’édition qui l’est tout autant. Indispensable dans toute bibliothèque consacrée à la seconde guerre mondiale mais aussi à l’histoire militaire dans son ensemble.

Les routes de la liberté. Nicolas Aubin. 224 pages au format 32 x 23,8 mm, abondamment illustrées. En juin 2014 aux éditions Histoire & Collections.

{lang: 'fr'}

Battles Magazine. Le grand revenant est revenu… Wargame.

10409673_10204628258140732_7771917840730569697_n

On n’osait même plus en parler, on ne l’attendait plus vraiment. Cela fait un an que le numéro 9 est sorti. Depuis quelques semaines, Olivier Revenu, fondateur et éditeur du magazine, laissait à penser que la dixième mouture était en route.

Cette nuit, il a publié la couverture de ce numéro 10 qui devrait sortir en janvier 2015 ! Joie dans le coeur des wargamers !

Cette couverture nous livre:

  • le jeu en encart qui sera « WTF1940: the breaktrough at Dinant » dont nous avons pu déjà voir quelques photos de pré-tests. Des news sur le système ici.

  • quelques éléments du sommaire duquel je ressors: The Guns of Gettysburg; War of the Suns, Bloody April, BCT Command: Kandahar, Storming the Reich, Toulon 1793, the Coins Serie, une comparaison des Dien Bien Phu (par Luc Olivier, je pense), France 1944 et The Central Front Series. Bref, ça fait bien envie !

Au final, on devrait avoir, de nouveau, 132 pages bourrées de cartes, pions, règles, variantes, de quoi faire le bonheur d’un honnête wargamer ! Dommage qu’on ne l’ait pas pour Noël, ça aurait fait un beau cadeau !

Mais ne boudons pas notre plaisir: Battles Magazine is back ! :-D

Des news prochainement sur la page Facebook du magazine.

{lang: 'fr'}

L’habit et le manteau de cérémonie du maréchal Ney entrent au musée de l’Armée

Pour les amateurs d’Empire, une pensée pour Michel Ney, maréchal d’Empire, prince de la Moskowa et « Brave des Braves » !

 

Capture d’écran 2014-11-19 à 15.17.27 - copie 3Capture d’écran 2014-11-19 à 15.18.01

 

Qu’on se le dise ! Vive l’Empereur ! ;-)

http://www.musee-armee.fr/

{lang: 'fr'}

Air Combat n°9. Magazine.

Neuvième livraison pour ce magazine consacré à l’aviation et à la guerre aérienne.

Au sommaire:

  • Raids sur la bande de Gaza: un article, concis, précis et utile, de Shlomo Aloni pour faire le point sur les opérations aériennes au dessus de la bande de Gaza: contexte, opérations et bilans. Un « after action report » bien apprécié.
  • Au delà de la ligne de mort, US Navy vs Libye. Les années 80 virent des « shows of force » entre aviation américaine embarquée et aviation libyenne. Mais le 19 août 1981, ce sera un vrai combat aérien restitué par Tom Cooper. De bien belles illustrations. Et le résultat: Navy 2 – LAAF 0 ;-)
  • Les Mirage F1 Export au combat. 40 ans de guerres et un très bon bilan. Le F1 fut l’un des derniers beaux succès commerciaux de l’aéronautique militaire française.  Adrien Fontanellaz nous propose les opérations de combat de cet avion en Afrique du Sud, au Koweit et en Equateur. Un autre article devrait nous proposer son engagement dans l’armée de l’Air française ultérieurement.
  • Panavia Tornado, 40 ans de services. U article très technique sur la genèse et les différentes versions de cet avion construit à près de 1.000 exemplaires. On a droit à la présentation des différents prototypes, ainsi qu’à toutes les versions déployées au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et en Arabie Saoudite. Avec de superbes photos et profils. Par Marc-Eric Minard.
  • Quelle utilité pour l’empennage canard ? Un article technique sur l’impact aérodynamique du canard et de la moustache ! Toujours par Marc-Eric Minard.
  • Deltas sur l’équateur. Kfir et Cheetah sud-américains. Des ailes delta israéliennes et sud-africaines dans la flotte aérienne équatorienne ! Par Santiago Rivas.
  • Secret Pax. Nas Patuxent River, là où l’aéronavale du futur se forge. Un article pour les spécialistes. J’ai été largué rapidement mais j’ai pu apprécié les moyens imposants de l’aéronavale US pour se préparer à la guerre. Ben, y a vraiment pas photo… Par Jean-Michel Maurel.
  • Pilote d’exception: Chuck Yeager. Quelle légende, ce bonhomme ! Pilote de guerre, pilote d’essai et toujours alerte… à 91 ans ! Par Marc-Eric Minard.

Air Combat n°9, numéro de novembre & décembre 2014. Un magazine des éditions Caraktère à retrouver sur Facebook !

{lang: 'fr'}

Nouveauté. La biographie de MacArthur par François Kersaudy. Editions Perrin.

9782262041274

Fin octobre est paru un nouvel opus dans la collection « Maîtres de guerre » des éditions Perrin.

Pour rappel, cette collection dirigée par François Kesraudy et Yannis Kadari, vise à nous proposer les portraits de chefs de guerre de la seconde guerre mondiale au moyen d’un texte ramassé et d’une iconographie abondante. J’ai déjà commenté plusieurs ouvrages de la série: Montgomery, Patton, Hitler, Manstein. Pour rappel, pour les directeurs de la collection, il ne s’agit pas d’un vrai travail biographique. J’ai du mal pour ma part à ne pas associer ces ouvrages à ce genre littéraire ! ;-)

C’est ici François Kersaudy qui s’attaque à un personnage mythique de l’US Army, de la guerre du Pacifique à la guerre de Corée. Douglas MacArthur: un personnage haut-en-couleurs, fort en gueule. C’est bien évidemment dans la dimension stratégie militaire qu’on attendra ce général réputé pour ses « sauts de puce » dans le Pacifique sud et pour son « coup de revers » à Inchon en Corée.

Une « biographie » attendue car il en existait bien peu en français si ce n’est le gros travail réalisé par William Manchester dont l’édition française date de 1992.

A suivre !

MacArthur, l’enfant terrible de l’US Army. François Kersaudy. Dans la collection « Maîtres de guerre » aux éditions Perrin. 400 pages. Octobre 2014.

 

{lang: 'fr'}

Champs de bataille n°57. Magazine.

champs-de-bataille-57-couv

Un sommaire toujours aussi varié que celui de ce numéro 57. C’est bien la marque de fabrique de ce magazine consacré à l’histoire militaire à travers les âges.

  • La bataille de Bannockburn (23-24 juin 1314): Brice Charton se livre à une analyse de la guerre d’Indépendance de l’Ecosse (1296 à 1328). Bien évidemment, le focus est mis sur la célèbre bataile de Bannockburn qui vit la défaite anglaise face aux schiltroms écossais. Bien illustré de cartes, ordre de bataille et nombreuses photos de reconstituants.
  • Les relations entre l’Angleterre et l’Ecosse. Pour compléter l’article précédent et dans le contexte actuel du référendum écossais, Jean-Philippe Liardet nous relate l’histoire des relations entre les deux nations de Grande Bretagne.
  • Le spécialiste de la guerre marine, Pierre Iltis, nous propose de découvrir les particularités de la guerre navale dans l’Adriatique durant la 1ère guerre mondiale. Il le fait au travers de la bataille du détroit d’Otrante que les Alliés essayaient de fermer par un barrage de champs de mines et de filets tendus par des navires de pêche. Toujours aussi précis avec ordres de bataille, cartes,  illustration abondante et une bibliographie.
  • La bataille de Montmirail, 11 février 1814. cet article tombe bien en parallèle de la sortie prochaine du prochain wargame de Frédéric Bey, dans la série Jours de Gloire, consacré notamment à cette bataille de la campagne de France. Brice Charton nous re-situe les événements importants de cette campagne d’hiver jusqu’au  11 février puis il nous propose la narration de la bataille en elle même. Avec quatre cartes, photos de reconstituants et ordre de bataille.
  • La bataille de Bir Hakeim du 26 mai au 11 juin 1942. Une narration classique pour un combat bien connu dans la bataille de Gazala. Mais ce n’est pas moi qui peux m’en plaindre, hein ? ;-) Avec cartes, organigrammes des formations, photos, profils couleurs.  Par Jean-Philippe Liardet.
  • Les fortifications de La Havane. J’adore ces rubriques « voyages & fortifications » animées par Brice Charton. Un voyage dans l’histoire mais aussi dans de beaux endroits à découvrir. Il s’agit ici d’une des plus belles places fortes de l’empire espagnol lors de sa grandeur. Avec photos de l’auteur, reproductions, cartes couleurs.
  • La « crise » malaisienne (1948-1960): Jean-Philippe Liardet se penche sur cette guerre contre-insurrectionnelle entre la guérilla malaisienne et l’armée britannique. Une guerre gagnée par les Britanniques sur le chemin de l’indépendance de la Malaisie. Je connais, pour ma part, assez bien ce conflit mais c’est toujours utile de faire découvrir des conflits peu connus. C’est bien là l’un des facteurs clés de succès du magazine « Champs de bataille ».
  • Bien sûr, on retrouvera les rubriques usuelles « Faits de guerre » qui balaient large avec notamment la vision des Vietnamiens d’aujourd’hui sur les conflits du passé (par Nicolas Pontic), la forteresse du Kremlin revisitée par Brice Charton et l’Aquabelle, yacht de plaisance décoré par la Reine Elizabeth II (par Nicolas Pontic).

Bref, un numéro bien complet animé par l’équipe habituelle de Champs de bataille.

Champs de bataille n°57. Octobre 2014. 132 pages abondamment illustrées. En vente dans les maisons de la presse et chez l’éditeur.

 

{lang: 'fr'}

Vae Victis n°119. Magazine. Wargame.

numero_image_3405_1414493655

Du bon dans ce numéro 119 de Vae Victis, le magazine français du jeu d’histoire ! ;-)

Au sommaire:

  • Nouveautés hexagones: une belle rubrique bien dense avec l’attendu « Fire in the lake » de GMT Games , le « Dien Bien Phu » de Legion Wargames, le retour de « Korea, the forgotten war » de MMP  et quelques autres.
  • Avec Infini Regret, reîtres contre piquiers. Luc Olivier nous livre son analyse – de qualité comme toujours – sur le dernier opus de la collection de wargames de Vae Victis. Avec un coup de projecteur sur les autres jeux déjà sortis sur le même système dans le magazine. Ça donne envie sur une période bien peu couverte jusqu’ici.
  • Par le feu, le fer et la foi. Les guerres de religion. Hasard de l’édition, cette simulation sort en même temps que le précédent et sur le même sujet. Ici, c’est Hexasim qui est l’éditeur. Comme c’est Luc Olivier qui s’y est aussi collé, on a un petit côté « comparaison »… on se croirait (presque) revenu au temps des comparatifs dans les hors-séries de Vae Victis ! Ça ne nous rajeunit pas ! ;-)
  • The finnish trilogy Winter War. The full Motti. Un article très intéressant d’Hervé Borg sur un véritable OVNI dans le monde du wargame. Un système unique créé par un passionné, sans expérience, sur les guerres de Finlande: la Guerre d’Hiver et la Guerre de Continuation. Une folie que nous sommes quelques uns à suivre depuis quelques années sur le site de l’auteur/self éditeur ! Tremendous ! Hervé Borg nous explique le système, sa complexité intéressante mais pas toujours utile. Il nous livre aussi une interview de l’auteur. Au final, on a un article de référence. Bien joué !
  • Gencon 2014, 47 ans déjà ! Quel plaisir de retrouver les rubriques US de Patrick Ruestchmann ! En plus, celle-ci est consacrée à l’une des plus grandes conventions de jeux au monde ! Court mais passionnant ! Merci !
  • Hanau 1813, dernière victoire… On sent le nouvel opus « Jours de Gloire » qui s’approche ainsi que le Trophée du Bicentenaire ! Vincent Gérard nous propose ses « bons conseils » pour appréhender cet opus de l’année dernière de la célèbre série de Frédéric Bey !
  • Maciejowice 1794, le dernier volet de la révolte polonaise. Laurent Closier nous propose un jeu original tant dans le sujet que dans l’éditeur, tous deux polonais ! Une curiosité donc pour les passionnés… de la Pologne !
  • New York 1776, Washington dépend « la grosse pomme ». Pascal Toupy nous propose un jeu à blocs édité par Worthington en kickstarter ! Pas ma tasse de thé, là !
  • Les habitués du samedi – un après-midi chez Victory Point Games. J’ai beau ne pas aimer les micro-mini jeux de Victory Point Games, j’adore cette approche « what’s behind the curtain ». Signé de nouveau par Patrick Ruestchmann ! Encore, encore !
  • La campagne d’Amphipolis, Cléon affronte Brasidas. C’est l’article historique qui accompagne le jeu en encart.  Du Frédéric Bey avec son érudition antique, sa connaissance de la guerre tout aussi antique et sa connaissance du wargame pas trop antique quand même là ! ;-) Ce Spartiate Brasidas semblait quand même être un sacré personnage ! Passionnant !
  • Des ponts trop loin? Novembre 1944, l’Armée Rouge échoue à prendre Budapest. Huit pages d’un article historique 2ème  guerre mondiale hors contexte dans le magazine selon moi. J’ai rapidement zappé. Je ne comprends plus l’intérêt de ce genre d’articles dans Vae Victis.  Ah si pour un scénario Mémoire 44 et un scénario ASL ! Ouais, ouais… Par Philippe Naud.
  • La « table Jérusalem » pour jouer à Saga au temps des croisades. Laurent Bouilly nous explique la construction d’un décor pour jeu de guerre. Une démarche originale pour les passionnés mais pas seulement… ça m’a rappelé ma jeunesse ! ;-)
  • Novare 1513, la dernière victoire des Suisses. Un article de Ludovic Boussin qui commence par un historique et qui bascule ensuite dans les listes d’armée et dans un scénario de la règle avec figurines Pike & Shotte. De bien belles figurines d’ailleurs !
  • Etrépilly 1914-2014, les zouaves à l’assaut. Un scénario wargame avec figurines de Sylvain Ferreira.
  • La gloire de la Royale, jouez à la bataille navale au temps de Napoléon. C’est Jean-Philippe Imbach qui nous propose la découverte de cette règle associée à un matériel de qualité. Encore du quick starter, d’ailleurs…
  • La bibliothèque stratégique. Toujours les trois compères: Frédéric Bey pour l’Antiquité et le Moyen Age, Jean-Philippe Imbach de la guerre en Dentelles à la Sécession américaine et Philippe Naud pour le 20ème siècle and so on. C’est ce denier qui a parfois la dent la plus dure…
  • Puis les autres rubriques que je zappe désormais: « Nouveautés règles », « Grande parade des figurines », « La revue des revues »…

Le magazine est livré, dans « l’édition jeu », avec le jeu « Amphipolis, Athènes vs Sparte – 424 à 422av. J-C » de Frédéric Bey avec une carte à zones en A3 et 109 pions.

Vae Victis n°119 – numéro de novembre & décembre 2014. Un magazine des éditions Histoire & Collections.

Retrouvez le magazine et « la communauté de fans qui s’est créée » sur Facebook ! ;-)

{lang: 'fr'}

La guerre à coups d’hommes. Patrick-Charles Renaud. Entrée.

La guerre à coups d'hommes

J’ai déjà eu l’occasion d’apprécier les ouvrages de Patrick-Charles Renaud. Centenaire de 14-18 oblige, il nous revient ici avec un ouvrage consacré à l’ouverture de la campagne sur la frontière de l’est en 1914 et ce particulièrement en Lorraine. Visiblement il s’agit de sa région natale, ce qui lui a permis de rassembler force témoignages locaux.

Dans la masse d’ouvrages existants, la frontière de Lorraine est assez peu couverte en août et septembre 1914. C’est l’originalité et l’intérêt principal de cet ouvrage !

L’ouvrage est édité aux éditions Grancher dont je n’ai pas lu d’ouvrages depuis un moment. C’est un beau volume de 432 pages agrémenté d’un cahier photos et d’illustrations n/B et couleurs de 16 pages. L’ouvrage comporte également une carte (c’est peu), un glossaire et une bibliographie. En mars 2014.

 

{lang: 'fr'}
Powered by WordPress | Designed by: free drupal themes | Thanks to hostgator coupons and managed hosting