La guerre du Rif. Max Schiavon.

La guerre du Rif Max Schiavon

Il est clair que ce conflit est généralement inconnu de la (large) majorité de nos contemporains. Qui se souvient en effet de la victoire écrasante des Rifains sur l’armée espagnole à Anoual en 1921: 18.000 soldats espagnols morts quand même…

Le Rif a toujours été une région difficile tant pour le pouvoir central du Maroc que pour les puissances coloniales portugaise, espagnole ou française. C’est tout l’intérêt de découvrir et de comprendre ce conflit de la première partie du 20° siècle qui mit fin au règne du « pro-consul » Lyautey et qui vit une armée de près de 150.000 hommes aux ordres du maréchal Pétain utiliser les armes les plus modernes (dont les gaz toxiques…) pour venir à bout des gueux du Rif ! Toute une épopée dont les Berbères marocains  gardent évidemment le souvenir !

L’ouvrage de Max Schiavon est centrée sur la « guerre française » de 1925-1926. Il comporte 352 pages, 4 cartes dans le texte, un cahier photos n/b, des tableaux, de nombreuses annexes, sources et un index des personnes.

C’est mon premier ouvrage des éditions Piere de Taillac. J’ai trouvé la réalisation soignée et le papier de qualité.

Lecture sous peu.

Un autre ouvrage récent sur la guerre du Rif.

 

{lang: 'fr'}

Ligne de front n°61. Magazine.

Ligne de front #61

Une bonne livraison pour ce numéro 61:

  • Les dilemmes du général Weygand. Mai 1940, quelle stratégie adopter après les échecs initiaux. s nous propose une analyse des événements et des choix stratégiques du général Weygand  qui prit en main, le 20 mai 1940, les destinées des armées française après le limogeage de Gamelin. Le 20 mai, c’est dire que les opérations étaient déjà bien mal engagées. L’auteur nous propose les choix du nouveau généralissime, évalue les chances de ses différents plans et démontre comment la réalité du blitzkrieg allemand va s’imposer bien rapidement à lui. Une belle approche de la prise de décision en temps de guerre.
  • Les secrets d’un géant. Seconde guerre mondiale: les Etats-Unis étaient-ils invincibles. Une belle démonstration de Vincent Bernard qui se livre à une intéressante approche géostratégique, économique et doctrinale de la montée en puissance des Etats-Unis amenés en guerre dans un état d’impréparation certain. Avec une page wargame consacrée aux « whaf-if » d’une invasion éventuelle du territoire nord américain avec « Tomorrow the world » de 3W.
  • La bataille d’Arras. Il s’agit d’un extrait particulièrement pertinent du bel ouvrage consacré récemment par Hugues Wenkin à Rommel. Cette contre-attaque franco-britannique autour d’Arras visait à casser la percée de la blitzkrieg animée par Rommel dans la région. Bien illustrée avec une belle carte des opérations. Pour rester dans la ligne wargame, procurez-vous: « Counter-attack! Arras » de Battles Magazine.
  • Le soldat Hitler. Mythes é réalités du « caporal autrichien ». Une belle mise en perspective du « Hitler combattant » en rapprochant la réalité historique des mythes fondateurs de la doxa nazie. Un beau travail de Nicolas Anderbegani.
  • Tobrouk 1941. Un été d’enfer pour les Australiens. C’est le spécialiste francophone de ce théâtre d’opérations, Benoît Rondeau, qui nous propose de découvrir les conditions bien particulières dans lesquelles combattirent les troupes australiennes engagées dans la défense de Tobrouk. Les conditions météo, d’approvisionnement, sanitaires et morales furent particulièrement difficiles. Bien clair.
  • Otto Skorzeny a-t-il travaillé pour le Mossad ? Marc-Eric Pontoux se fait l’écho des informations du journal israélien Haaretz. Skorzeny retourné contre ses anciens camarades au service de l’Egypte ? Info, intox ? Une thèse dont la confirmation sera délicate tant les services secrets aiment brouiller les pistes surtout en Israël ! 😉
  • La brigade blindée américaine déployée en Europe de l’est dès février 2017. Les poids lourds de l’OTAN se rapprochent de la frontière russe. Ça va pas calmer Poutine, tout ça !  Par Laurent Lagneau.
  • La rubrique « Actualité du livre » avec 6 ouvrages présentés… et une erreur de couverture… 😉

Ligne de front n°61. Un magazine des éditions Caraktère à retrouver sur Facebook.

 

{lang: 'fr'}

La mission, les hommes et moi. Pete Blaber.

La mission les hommes et moi Pete Blaber

Un ouvrage difficile à classer mais quel must !

Encore une belle surprise des éditions Nimrod qui sont allées chercher cet ouvrage dans l’édition américaine.

On s’attend clairement à un récit de la doctrine d’emploi et des opérations de la Delta Force américaine.

A ce niveau, on n’est pas déçu, particulièrement en ce qui concerne l’opération Anaconda en Afghanistan en mars 2002 et les dysfonctionnements du commandement américain en cette occasion.

Mais c’est loin d’être le sujet exclusif de l’auteur, Pete Blaber. Je dirais même d’ailleurs que l’essentiel n’est pas là. Le lieutenant colonel nous distille des concepts et des principes qui s’appliquent évidemment aux opérations militaires mais qui serviront aussi au chef d’entreprise, au responsable d’équipe, etc, etc…

Je me suis trouvé d’ailleurs dans la position de mettre en oeuvre l’un de ces principes dans l’analyse d’une situation qui m’est arrivée dernièrement. Redoutable ! Sincèrement, je vais relire très prochainement cet ouvrage en l’annotant de manière à l’exploiter régulièrement.

Juste pour vous appâter, voici les principes proposés et démontrés par Pete Blaber:

  • la mission, les hommes et moi
  • ne vous faites pas piéger par un chihuahua
  • dans le doute, développez la situation
  • imaginez l’inimaginable, laissez l’humour nourrir votre imagination
  • écoutez toujours l’homme de terrain
  • une réalité n’existe que si elle est partagée

Ok, vu comme ça, rien ne paraît déterminant… mais sincèrement, achetez et lisez ce livre. Il vous sera bien utile ! 😉

Je tiens, évidemment, à féliciter les éditions Nimrod pour avoir permis aux lecteurs francophones de découvrir ce texte !

La mission, les hommes et moi. Pete Blaber. Editions Nimrod en février 2016. 308 pages avec notes, cartes en n/b et photos couleurs en deux cahiers intérieurs.

 

{lang: 'fr'}

Guerres & Histoire n°30. Magazine.

SVGH_0030_1_Couv_BAG ok-SANS CB.indd

Du bon, du très bon !

Pour fêter ses cinq années d’existence, je trouve que la rédaction animée par Jean Lopez s’est surpassée !

Tout d’abord, avec un excellent dossier consacré à Mers el-Kébir, combat fratricide entre La Royale et la Royal Navy en 1940. La question posée par le dossier est « fallait-il détruire la flotte française » ?

Il y est bien répondu en quatre articles:

  • La flotte de tous les fantasmes. Nicolas Aubin situe l’enjeu posé aux Britanniques en caractérisant la flotte française avec ses forces mais surtout ses faiblesses. Belle mise en perspective des enjeux !
  • Un drame en 10 actes. Pierre Grumberg s’est intéressé aux 10 étapes stratégiques mais surtout tactiques qui ont amené l’amiral Somerville a ouvrir finalement le feu. On aurait pu clairement passer à côté des 1.277 tués françaiss.
  • Pourquoi Churchill a voulu Mers el-Kébir ? On est clairement ici dans la réflexion du chef de l’état britannique quant aux enjeux, aux risques géostratégiques dans un contexte de prise de décision difficile avec analyses, perceptions, incertitudes. Un beau travail de Pierre Grumberg et Bernard Costagliola.
  • Une déchirure dont l’Axe de profite pas. Bernard Costagliola analyse l’impact de Mers el-Kébir sur Vichy, la France Libre, l’Italie et l’Allemagne nazie.

Au final, un dossier de belle facture qui renouvelle bien, pour moi, les connaissances sur le sujet.

Les autres articles:

  • La rubrique « Exclusivité » est consacrée aux témoignages de deux anciens combattants de la Haganah lors de la guerre de 1948 dans l’Israël naissant. L’interview est menée de main de maître par Yacha MacLasha, le compère de Jean Lopez. Un retour d’expérience assez direct, y compris sur les difficultés inhérentes à la jeune armée d’Israël et aux combats très durs.
  • Somalie 1993: l’ONU vaincue par les seigneurs de guerre. C’est le sujet de la rubrique « Caméra au poing » avec les photos de Patrick Chauvel commentées par Michel Goya.
  • Tuniques bleues, les cavaliers de la frontière. On a l’impression de tellement les connaître au travers des westerns du cinéma américain. Vincent Bernard, auteur d’une biographie remarquée du général Lee (je sais, il faut que je la lise…) nous en fait une analyse et un portrait précis. Pour résumer: « une goutte d’eau dans l’océan des plaines » ! Bien utile !
  • La Dacie, une conquête inutile ? Dans la rubrique: « La guerre oubliée« . C’est avec plaisir que je découvre ce premier article de Frédéric Bey dans le magazine Guerres & Histoire. On connaît la passion qui anime Frédéric quand il s’agit de l’empire romain ! Il nous livre ici un bel article à la fois sur la géostratégie antique et sur les opérations face aux Daces. L’article est superbement illustré et j’ai apprécié le petit clin d’oeil à la Roumanie actuelle. Une belle entrée dans l’équipe du magazine ! 😉
  • Mirage III, le chasseur à succès tricolore. Toujours un plaisir d’avoir le point de vue de Benoist Bihan sur un sujet d’histoire militaire. Il met superbement en lumière l’origine de l’avion phare de l’industriel Marcel Dassault et les circonstances qui en firent un avion phare de son époque ! Great !
  • Ksar el-Kébir, la débâcle portugaise au Maroc. Dans la rubrique « Retour sur un mythe » par Laurent Henninger. C’est clair que le contexte du conflit nous est bien peu connu. Il y eut quand même trois souverains qui y perdirent la vie… Contexte géostratégique, déroulement des opérations, conséquences dynastiques. Un sujet bien complet et équilibré.
  • Alexeï Broussilov, des Blancs aux Rouges. On connaît surtout ce général russe par le nom qu’il a donné à l’une des rares offensives russes victorieuses durant la 1ère guerre mondiale. La nouvelle rubrique « Etats de service » nous propose de mieux connaître les origines et la carrière de ce général qui finit par servir les Bolchéviques ! Par Yacha MacLasha et Jean Lopez, tous deux spécialistes de la Russie.
  • La rubrique « D’estoc et de taille« . de Charles Turquin. Bon, pour une fois, je n’ai pas trop compris le sens de la manoeuvre !

A noter également un éditorial plein d’optimiste par un Jean Lopez « inoxydable » dans un contexte délicat pour la presse et l’édition militaria avec les chutes de Conflits & Stratégie et d’Histoire & Collections. J’ai trouvé aussi quelques changements dans la mise en page qui rendent cette dernière plus claire.

Au final, un des tous meilleurs numéros de Guerres & Histoire. Impeccable pour fêter les cinq ans d’existence !

Un magazine des éditions Mondadori à retrouver sur Facebook.

{lang: 'fr'}

Histoire & Collections. La fin d’une aventure de 31 ans.

Logo Histoire & Collections

Ce matin, en me réveillant, j’avais une alerte « societe.com » m’informant de la liquidation judiciaire du célèbre éditeur francophone, et ce en date du 12 avril 2016.

La société était en procédure de sauvegarde depuis fin 2014 mais les exercices négatifs successifs lui ont été fatals et ont fini par épuiser la trésorerie. Visiblement, la procédure de sauvegarde n’a pas permis de mettre en place un plan de redressement dans un marché de l’édition, en particulier « magazines » très difficile. On se rappellera la chute d’Historia et plus récemment de « Conflits & Stratégie ».

Cela faisait 31 ans que cet éditeur accompagnait notre vie de passionnés de la « res militaris ». Je pense que nous avons tous des ouvrages ou des magazines signés H&C dans nos bibliothèques. Les wargamers n’oublieront pas la contribution de l’éditeur à notre passion avec le magazine Vae Victis, créé il y a 20 ans, et redéployé depuis plus d’une année par Cérigo Editions.

J’ai bien sûr une pensée particulière pour l’équipe qui avait compté près de 50 personnes à l’apogée de l’éditeur, il y a une dizaine d’année, et qui est deux fois moins nombreuse aujourd’hui.

A cette heure, on ne sait pas encore si la société va être reprise dans sa globalité ou en partie et ce qu’il va advenir des titres, des stocks et des abonnements.

Sale temps, sale journée…

Le Rombier.

NB: en cette occasion, j’ai une pensée pour le journaliste Yves Debay, mort en Syrie en 2013 et qui était un pilier historique du magazine Raid.

{lang: 'fr'}

Pourquoi perd-on la guerre ? Un nouvel art occidental. Gérard Chaliand.

Pourquoi perd on la guerre Gérard Chaliand

Une excellente synthèse sur l’évolution de l’art de la guerre occidental.

Incontestablement, pour ceux qui ne connaissent pas l’étendue du savoir et des analyses de Gérard Chaliand, ce petit opus de moins de 200 pages sera d’une grande utilité. L’auteur nous fait naviguer des débuts de la colonisation à l’apogée mondiale des Occidentaux à la fin du 19° siècle. Les deux guerres mondiales vont changer la donne ainsi que l’apparition de la guerre révolutionnaire et ce jusqu’aux guerres de la décolonisation. La chute de l’empire soviétique et le développement de l’islamisme vont replonger les nations occidentales dans des guerres sans fin et surtout sans succès. Gérard Chaliand met brillamment en perspective les données géopolitiques mais aussi l’évolution de la guerre et des mentalités.

Là où je reste sérieusement sur ma faim, c’est que j’attendais un texte plus intense en ce qui concerne la situation actuelle et particulièrement sur les problèmes que pose le monde arabo-musulman. Or le sujet n’est abordé que dans l’avant-propos et les vingt dernières pages; j’ai trouvé que cela méritait des développements évidemment plus importants et les analyses que l’auteur distille régulièrement dans la presse me laissaient présager un texte plus dense. Dommage.

Maintenant, j’insiste, on a ici une excellente synthèse sur l’évolution de l’art de la guerre occidental.

Aux éditions Odile Jacob en mars 2016. 175 pages et avec une courte bibliographie.

{lang: 'fr'}

Une histoire de la marine de guerre française. Rémi Monaque.

Une histoire de la marine de guerre française Rémi Monaque

Année après année, Rémi Monaque s’affirme comme l’un des spécialistes de l’histoire militaire navale française. A ce titre, allez-mieux faire connaissance de cet historien, ancien contre-amiral de La Royale, au sujet de l’un de ses précédents ouvrages consacré à Latouche-Tréville.

Il nous revient ici avec une belle somme de plus de 500 pages consacrée à la marine de guerre française des rois capétiens à aujourd’hui.

Un bel ouvrage proposé par les éditions Perrin avec 13 cartes dans le texte, notes, sources et bibliographie, un index des nos de navires et un index des personnes.

Editions Perrin – 528 pages – avril 2016.

 

{lang: 'fr'}

La guerre de l’ombre. RG contre FLN. Laurent Chabrun.

La guerre de l'ombre Laurent Chabrun

Satisfaction et insatisfactions. Avis mitigé sur cet ouvrage après lecture.

La guerre d’Algérie reste l’un de mes thèmes historiques de prédilection. La promesse de cet ouvrage était de m’intéresser à la guerre d’Algérie mais sur le territoire métropolitain. Le bandeau: « Les archives du ministère de l’Intérieur. » pouvait permettre d’actualiser et de préciser les connaissances plus de 50 ans après « les événements ».

Ma satisfaction: l’ouvrage nous fait bien rentrer dans l’univers du FLN en métropole: opérations, combat contre le MNA de Messali Hadj, collecte de l’impôt révolutionnaire, l’appui syndical américain, le rôle des communistes, Des rappels ou des apports utiles. On appréciera particulièrement la masse d’informations dont disposait l’appareil policier français sur le FLN…

Par contre:

  • si les rapports des RG servent de base à l’ouvrage, les méthodes de lutte et de renseignement utilisées sont finalement très peu présentées. Les documents d’archive servent juste à éclairer tel ou tel point dans une approche plus journalistique qu’historique.
  • l’auteur m’a semblé adopter régulièrement un parti-pris plus proche du FLN que des services de police. Je me suis interrogé sur la raison de ne faire figurer que les initiales des militants FLN. Après 50 ans, leurs noms sont quand même dans l’Histoire.
  • au final, j’ai donc l’impression d’un ouvrage certes utile mais pas suffisamment historique à mon goût
  • j’ai aussi été gêné par des fautes assez nombreuses et non corrigées

Bref, au final, un petit opus, de près de 200 pages, utile mais pas suffisant. Pour ma part, j’attendais une approche plus rigoureuse. Le fait que l’auteur soit journaliste  explique sans doute cela.

La guerre de l’ombre. RG contre FNL. Un ouvrage de Laurent Chabrun avec une préface de Benjamin Stora. Avec une chronologie et une bibliographie. 204 pages Editions Jacob Duvernet en septembre 2011.

 

{lang: 'fr'}

Batailles & blindés n°72. Magazine.

Batailles & blindés #72

Un numéro bien éclectique et de bonne facture !

Tout d’abord, un dossier intéressant consacré à: Chars et débarquements, analyse des échecs et des réussites allemands & alliés. Un dossier en trois articles bien complémentaires.

  • Les galets de la mort: les Churchill du Calgary Regiment à Dieppe. Stéphane Delogu nous présente les difficultés rencontrées par les blindés canadiens lors du fameux raid de 1942: problèmes d’amerrissage, la plage à galets, le manque de puissance du canon du char et l’absence du génie. Tout cela coûta fort cher aux Canadiens.
  • Sie kommen ! Contre-attaquer les têtes de pont amphibies avec les panzer: mission impossible ? Un article intelligent de Benoît Rondeau qui, avec les exemples de Gela (Sicile), Salerne & Anzio en Italie et la Normandie s’intéresse aux conditions de réussite et d’échec des grandes unités blindés allemandes face aux invasions par la mer.
  • Touché-coulé sur Omaha Beach. Le calvaire des Sherman sur « Omaha la sanglante ».  Sans contexte, le meilleur article du dossier. Il est signé e qui s’intéresse aux spécificités des chars (Duplex Drive & Deep Wading) et des unités dédiés aux assauts amphibies, à la préparation de l’assaut tant du côté alliée qu’allemand, à la planification de l’opération et aux opérations du 6 juin. Un récit précis, efficace et bien vivant.

Les autres articles:

  • Une rubrique « En bref » par Laurent Lagneau qui fait le point sur les exportations chinoises, la fin de l’ERC-90 Sagaie et le lance-roquettes multiples engagé au Mali.
  • Les 100 ans du char au Bovington Tank Museum: Marc-Eric Pontoux nous présente trois expositions originales comme savent seuls le faire les Britanniques. Une visite à faire si vous passez dans le Dorset cette année !
  • Le blindorama est consacré au Pérou entre 1936 et 1945. Toujours par Yann Mahé avec des profils couleurs originaux !
  • « Fauves » dans l’enfer de Hongrie. Janvier-mars 1945: la fin des Panther de la « Totenkopf ». Tactique et très germano-centré. Par Stéphan Cazenave. J’ai zappé.
  • Guerre dans le bush ! Les blindés de l’armée rhodésienne au combat. J’aime ces incursions dans les conflits de la décolonisation. L’article est parfois décousu mais il permet de faire le point sur l’équipement des Rhodésiens, les spécificités de la guerre dans cette zone de conflit et les opérations vécues par les unités blindées. Très bien illustré. Par Laurent Touchard.
  • Le chasseur des Balkans. Harry Paletta et les sturmgeschütze de la « Prinz Eugen ». Article classique de Jean-Philippe Mavournel. Ici aussi du tactique mais dans les Balkans. Zappé.

Batailles & blindés n°72. Numéro des mois d’avril & mai 2016. Un magazine des éditions Caraktère.

 

 

{lang: 'fr'}

Le wargame au US Army War College.

US Army Wr College 2

Un article intéressant sur un programme de l’US Army War College utilisant des wargames commerciaux.

Fire in the Lake de GMT Games est à l’honneur avec le concepteur de la simulation, Volko Ruhnke.

US Army War College

A lire ici ! 😉

(en anglais)

{lang: 'fr'}
Powered by WordPress | Designed by: free drupal themes | Thanks to hostgator coupons and managed hosting