Un matin à Ouistreham, 6 juin 1944. Guy Hattu.

Une succession de lettres utile mais parfois difficile à suivre.

Guy Hattu s’engagea très tôt dans la France Libre; d’abord au service de la guerre des ondes, sa divergence politique croissante avec le général de Gaulle l’amena à s’engager dans les commandos du commandant Kieffer et à débarquer en Normandie, le 6 juin 1944. On le retrouvera également dans les opérations de la bataille de Normandie et en Hollande.

De fait, l’ouvrage se présente, pour l’essentiel, comme une succession de lettres échangées par Guy Hattu avec son entourage et particulièrement avec l’écrivain Georges Bernanos, son oncle.

La sélection de lettres a été opérée par son fils, Jean-Pascal Hattu, dans le cadre de la publication de cet ouvrage.

J’avoue avoir eu quelques difficultés à suivre cette série de lettres pas toujours clairement reliées entre elles.

Pour l’essentiel, l’ouvrage vaut le détour pour sa restitution de l’état d’esprit des Français Libres de l’Empire et de Londres, par les différences politiques, philosophiques et religieuses que nous pouvons observer à chaud. Il y a également un récit direct revu plusieurs fois par Guy Hattu sur son entraînement commando, sur les opérations préliminaires au débarquement ainsi que sur la journée du 6 juin 1944.

De cet ensemble que j’ai trouvé dépareillé, ressort une impression finalement utile sur la France Libre en Grande Bretagne. Ce n’est clairement pas l’ouvrage à lire si vous recherchez de l’information sur le commando Kieffer, le titre nous trompant quand même sur ce sujet là.

Pour Kieffer, j’ai lu récemment ses mémoires: « Béret vert » et « Le commando Kieffer » de Jean-Marc Tanguy. A lire tous deux !

Un matin à Ouistreham, 6 juin 1944. Guy Hattu. 272 pages aux éditions Tallandier en mai 2014.

{lang: 'fr'}

Le front d’Orient. Max Schiavon. Entrée.

Du désastre des Dardanelles à la victoire finale. 1915-1918.

Il y a finalement bien peu d’ouvrages en Français sur les Dardanelles, Salonique et l’offensive finale sur le front d’Orient.

Combats souvent considérés comme mineurs, ils n’en furent pas moins violents dans le cadre d’une région des Balkans particulièrement difficile tant sur le plan géographique que géopolitique.

On oublie aussi souvent que des unités importantes de l’armée française furent rassemblées, laissées en déshérence puis engagées tant aux Dardanelles qu’à la poussée finale en Macédoine vers la Bulgarie.

Dans une période récente, je n’ai lu que deux ouvrages sur le sujet:

Par ailleurs, j’ai peu d’ouvrages de Max Schiavon dans ma bibliothèque et n’en ai pas encore lu un seul. C’est là aussi un intérêt, pour moi, de faire entrer cet ouvrage dans ma bibliothèque ! C’est toujours un plaisir de découvrir pour la première fois un nouvel auteur !

Nous sommes donc en présence d’un ouvrage de 384 pages avec sources, bibliographie, cinq cartes et un index des personnes. Le texte est construit autour de quatre parties:

  • La naissance du front d’Orient
  • Les Dardanelles
  • Salonique
  • L’offensive victorieuse

L’ouvrage est édité aux éditions Tallandier, acteur particulièrement dynamique en matière d’histoire militaire. En septembre 2014.

{lang: 'fr'}

La guerre romaine. Yann Le Bohec. Entrée.

Les éditions Tallandier nous proposent actuellement un ouvrage que j’estime important: « La guerre romaine » d’Yann Le Bohec.

Important pour deux raisons:

  • Tout d’abord , il concerne Rome et son instrument de puissance par excellence, l’armée romaine. Comment ignorer l’importance de l’Empire romain dans l’histoire de l’Europe et du monde ? L’armée romaine fut l’instrument professionnel de la conquête et de la construction de l’Empire romain. C’est l’affaiblissement des légions qui amena peu à peu à la posture défensive et à la perte de l’empire.
  • Qui plus est, cet ouvrage nous est proposé par Yann Le Bohec, grand spécialiste du sujet et de la période. Cet historien est l’un de mes auteurs favoris en matière de guerre antique.

Pour rappel, parmi une production importante, ses autres ouvrages présentés sur Bir-Hacheim:

De fait, son ouvrage porte donc sur la guerre romaine de 58 avant JC à 235 après JC: près de trois siècles de zénith romain !

L’ouvrage de 448 pages comporte cinq grandes parties:

  • l’armée comme institution
  • l’environnement de la guerre
  • vers le combat
  • la tactique
  • la stratégie

L’ouvrage se compose également des notes abondantes, un lexique des abréviations, sources et une bibliographie. Un index des noms propres et un autre des noms communs sont aussi présents.

L’ouvrage est soutenu, dans le texte, par des tableaux, photos en n/b, illustrations et cartes.

Aux éditions Tallandier en août 2014.

{lang: 'fr'}

Hélie Denoix de Saint-Marc.

De Lattre Denoix de Saint-Marc

Il y a un an, le 26 août 2013, disparaissait cette grande figure des paras et de la Légion Etrangère.

Au delà de sa carrière militaire (2ème guerre mondiale, déportation, Indochine et Algérie), Denoix de Saint Marc fut un écrivain remarqué. On se souviendra particulièrement de son plus beau texte: « Les champs de braise« .

Les éditions Artège sortent une bande dessinée retraçant sa vie. Plus d’info, ci dessous.

More Majorum !

Editions Artège Hélie de Saint-Marc

{lang: 'fr'}

Batailles & blindés n°62. Magazine.

Le sommaire:

  • Le blindorama est consacré à la Grèce (1931-1945). Il est signé de la plume de Sophie Vincelot. C’est une première intervention dans le magazine à ma connaissance. On la salue ! ;-)
  • De Gaulle pendant la « drôle de guerre ». Un article bien intéressant de François de Lannoy sur le commandement de De Gaule au sein de la Ve Armée. Doctrine, oppositions, entrainement et exercices. Bien intéressant. Avec bibliographie… et un salut amical au colonel Joël Cambre dont l’ouvrage est cité. ;-)
  • Nom de code Sturmboot, les sturmtiger au combat. L’article de Loïc Charpentier commence par une polémique d’auteur: « Car si le vide a amené les spécialistes les plus réputés à se cantonner au strict nécessaire, certains autres, moins scrupuleux et plus imaginatifs, en ont parfois profité pour broder à l’envi sur le sujet, en se copiant, bien souvent, sans vergogne. » Personnellement, ce type de comportement m’exaspère d’autant plus qu’on ne sait pas de qui l’auteur parle ! Sur le fond, un article très technique dans lequel on ne voit pas bien souvent ces fameux sturmtiger au combat ! Un comble !
  • LRDG, les raiders du désert. Benoit Rondeau fait le point sur la genèse, les particularités, la doctrine d’emploi et finalement les opérations de cette unité mythique qu’on confond trop souvent avec le Special Air Service. LRDG, SAS, SBS, commandos, il est clair que nos amis britanniques sont vraiment à l’origine des « forces spéciales » telles que nous les connaissons aujourd’hui. De bien beaux profils.
  • Rommel, les panzer et la Normandie. Hughes Wenkin fait le point sur l’impact de la nomination d’Erwin Rommel à la tête du Heeresgruppe B. Devant les incohérences du haut commandement allemand, les oppositions de conception opérationnelle entre Rommel, von Rundstedt et von Schweppenburg et les chasses réservées de la Luftwaffe et de la Kriegsmarine, il n’y a bien que dans le domaine de la préparation des défenses que Rommel put s’exprimer, presque, librement. Visiblement, le maréchal avait bien étudié des plans optionnels en cas de succès du débarquement allié. Ça surprendra les lecteurs qui continuent à ne voir en Rommel qu’un « honnête général de division blindée », voire un colonel… ;-) Un article qui m’a vraiment bien plus, bien construit. Certains objecteront que la bibliographie ne comporte que des titres en français dont certains bien datés.
  • La moisson d’un champ de blé. Hugo Primozic, naissance d’un as de la sturmartillerie. Un article de conception classique qui nous plonge dans un combat glorieux des canons d’assaut allemands dans le saillant de Rjev en 1941. 24 chars ennemis au compteur en une journée… et une croix de chevalier de la Croix de fer à la clé ! Pas mal pour un germano-slave ! ;-) Un article de Jean-Philippe Mavournel.
  • L’arme blindée yougoslave durant la guerre froide. J’ai préféré le sous-titre au titre: « Micmac à tire-larigot chez Tito ! » ;-) Un article d’Iztok Kocevar. J’ai adoré ce sujet sur l’évolution de la doctrine et des matériels de l’armée yougoslave de Tito durant la guerre froide. Equipement de récupération, équipement soviétique puis américain puis de nouveau soviétique et armement national propre. Passionnant réellement !

Bref au final, un numéro 62 de Batailles & Blindés que j’ai lu avec un grand plaisir. On ne s’en lasse pas !

Numéro d’août & septembre 2014. En vente dans les maisons de la presse et chez l’éditeur.

Le magazine sur Facebook.

{lang: 'fr'}

Combattant de la France Libre. Jean-Mathieu Boris.

Comme évoqué récemment, il s’agit d’un témoignage, rédigé à 91 ans, par un ancien combattant de la France Libre que rien ne prédestinait à la guerre.

Jeune homme de bonne famille, 19 ans, juif et étudiant, la 2ème guerre mondiale va précipiter Jean-Mathieu Boris dans le combat et de quelle manière: dès le désastre de l’été 40, il passe à Londres, s’engage dans les Free French de De Gaulle, aspirant dans l’artillerie, on le retrouvera dans le combat de Bir Hacheim (Hacheim pas Hakeim, j’y reviendrai !). Ce sera ensuite El Alamein et la campagne de Tunisie. Il n’en avait sûrement pas assez, il se fait verser au BCRA, près à sauter en France occupée. Ce seront finalement les Commandos de France dans les Vosges, en Alsace et en Allemagne où il finira sa guerre.

Le récit se lit facilement; se croisent bien des figures d’hommes et de femmes souvent bien jeunes, responsables dans leur engagement mais animés aussi d’une soif de vie et d’insouciance à la fois. Ils sont beaux, vivent pleinement et meurent aussi trop souvent…

Si l’ouvrage n’a pas de vocation à nous raconter l’histoire de la période, il nous livre un texte où jeunesse et guerre s’entrecroisent férocement. Bref, Jean-Mathieu Boris a su restituer sa jeunesse combattante de bien belle manière.

Il a aujourd’hui 93 ans…

Respect aux Anciens !

PS: je ne peux m’empêcher de citer son point de vue quant à l’orthographe de Bir-Hacheim (p 117): « Quant à nous, les survivants, nous nous reconnaissons à ce que nous continuons de prononcer Bir Hacheim et non Bir Hakeim, d’ailleurs l’orthographe de la barrette de nos médailles coloniales porte bien le nom de Hacheim. » Yes ! ;-)

 

{lang: 'fr'}

Dettes, 5000 ans d’histoire. David Graeber.

Une fois n’est pas coutume, un ouvrage d’histoire – non militaire – vient d’entrer dans ma bibliothèque: « Dettes, 5000 ans d’histoire » de David Graeber. Je dois avoir envie de changer d’air, en ce moment !

C’est clair que j’ai grandi largement à l’ombre de cette p… de dette qui vient de dépasser, tout récemment, les 2.000 milliards d’euros pour notre beau pays, soit plus de 30.000 euros par Français vivant…

Un tel record méritait qu’on se penche sur le phénomène avec un regard portant sur « le temps long de l’Histoire » ! 5.000 ans, ça devrait le faire ! ;-)

Je ne peux que partager avec vous, l’un des proverbes figurant en ouverture de l’ouvrage: « Si tu dois 100.000 $ à la banque, elle te tient. Si tu lui en dois 100 millions, tu la tiens. »

Allez, j’espère le lire dès septembre !

Dette, 5.000 ans d’histoires. Un ouvrage de David Graeber aux éditions LLL, « Les Liens qui Libèrent »

 

{lang: 'fr'}

Témoignages et mémoires de guerre. Seconde guerre mondiale.

Je sais, je m’y prends un peu tard, mais durant les vacances, j’aime, habituellement, me plonger dans les témoignages et mémoires de guerre.

Je me suis toujours intéressé à la vie des hommes, souvent simples, pris dans le maelström de l’histoire et particulièrement de la guerre.

L’un des meilleurs exemples reste pour moi « Pour une parcelle de gloire » du général Marcel Bigeard où l’on découvre un jeune homme « saute-ruisseau » à la Société Générale de Toul, comme il se décrivait lui même, qui va se retrouver, dans les corps francs puis dans l’armée coloniale en Afrique, rejoindre la France Libre en équipe jedburgh puis passer dans les paras et ce sera ensuite  l’Indochine, l’Algérie… Bref, une histoire d’homme impactée et ciselée par la guerre !

En moins prestigieux, pour cette année, j’ai fait les emplettes des récits de trois jeunes hommes qui ne nous sont pas connus du tout:

  • Un matin à Oustreham, 6 juin 1944 par Guy Hattu. Plusieurs intérêts à cet ouvrage: l’auteur fut l’un des 177 commandos marine de Kieffer qui débarqua le 6 juin 1944 et il s’agit,  pour l’essentiel, de lettres écrites à des proches mais aussi à Georges Bernanos, son oncle. 272 pages aux éditions Tallandier en 2014.

  • Souvenirs 1939-1946 du capitaine Jean Mauras. Dans les chars et en plus dans la 2ème DB de Leclerc ! 240 pages aux éditions Lavauzelle en 2010.

  • Combattant de la France Libre de Jean-Mathieu Boris. 19 ans, Juif, Londres, « Free French », Bir-Hacheim, El-Alamein, Tunisie, Commando de France, Vosges, Allemagne !  Il a écrit cet ouvrage à 91 ans, un succès d’édition ! Fermez le ban ! Perrin 2012. Tempus 2013.

A bientôt, après lecture sous peu ! ;-)

 

 

{lang: 'fr'}

Passés à l’ennemi. Des rangs de l’armée française aux maquis Viêt-Minh. Sortie.

Il s’agit d’un ouvrage écrit par Adila Bennedjaï-Zou et Joseph Confavreux.

Bon, je ne suis naturellement pas très porté vers les textes d’histoire proposés par des journalistes mais ce sujet là m’intéresse: les déserteurs de l’armée française, passés à l’ennemi durant la guerre d’Indochine.

Il y a bien un ancien ouvrage, « Les soldats blancs d’Ho Chi Minh » de Jacques Doyon, édité par Fayard en 1973.

Cet ouvrage-ci renouvellera peut-être la connaissance sur le sujet.

En même temps, je suis un peu surpris par la présentation de l’éditeur qui parlent de « ralliés ». Les ralliés, ce sont les Vietnamiens passés du Vietminh au CEFEO ! Dans l’autre sens, ce sont des déserteurs, non ? ;-)

Serait-ce une erreur ou déjà un parti-pris par les auteurs ?

A voir !

Passés à l’ennemi. De Adila Bennedjaï-Zou et Joseph Confavreux. 288 pages aux éditins Tallandier en août 2014.

 

{lang: 'fr'}

Champs de bataille n°56. Magazine.

On est bien ici dans l’excellente veine éditoriale reprise depuis le numéro précédent: sujets rares, cartographie et iconographie abondantes.

Un sommaire bien dense:

  • Pierre Iltis nous propose un article sur la flotille autrichienne du Danube durant la 1ère guerre mondiale. Le beau Danube bleu ne fut pas calme du tout ! ;-)
  • Une visite du croiseur russe Aurore du début du 20ème siècle. Par Brice Charton.
  • La conquête du Tonkin. Dans le numéro précédent, (le 55), Jean-Philippe Liardet s’était intéressé à la conquête de la Cochinchine. Ici, on fonce plein nord dans le delta du Tonkin. Quelques noms qui nous rappellent l’autre guerre d’Indochine… Avec de bien belles illustrations.
  • Nicolas Pontic, à l’instar de Brice Charton, nous propose lui aussi sa rubrique « reportage sur les lieux d’histoire » en passant par le Vietnam: Dien Bien Phu, Hué et Saigon au menu touristique !
  • Pierre Iltis, en spécialiste respecté de la guerre navale, nous propose la suite de l’histoire de la marine austro-hongroise dans la 1ère guerre mondiale: les spécificités de la guerre navale dans l’Adriatique et les opérations jusqu’en 1918. La marine austro-hongroise est à l’honneur en ce moment. Voir dans le dernier Los !
  • La deuxième guerre balkanique: les victoires serbes, 1913. Ici aussi, il s’agit d’une suite d’articles démarrée dans le numéro précédent sous la plume de Stéphane Bottero. Avec trois belles cartes pleine page. Le texte est parfois peu clair mais le sujet est si peu couvert par ailleurs ! ;-)
  • Le fort de Loncin. A la découverte de ce fort de la ceinture défensive de Liège en 1914: description, combats en 1914,  état actuel. Par le globe-trotter, Brice Charton !
  • Les tours de flak de Berlin (flugzeugabwherkanonentürme – on reprend son souffle ! ;-) ). Sujet trés intéressant sur la raison de ces tours, leur construction, leur emploi et leur destruction, enfin presque ! Un sujet passionnant couvert par Stéphane Morhain !

Champs de batatille n°56. Bimestriel de 132 pages du mois de juillet 2914. Dans les maisons de la presse et chez l’éditeur.

 

 

{lang: 'fr'}
Powered by WordPress | Designed by: free drupal themes | Thanks to hostgator coupons and managed hosting