Lyautey. « Le ciel et les sables sont grands » Une biographie d’Arnaud Teyssier.

Lyautey Arnaud Teyssier

La biographie n’est pas un genre historique comme les autres. Au delà des faits historiques, l’auteur cherche à bâtir le profil psychologique, l’évolution de l’homme de son enfance à sa mort, à situer l’homme dans son temps.

A la lecture de ce Lyautey, il va sans dire que l’auteur, Arnaud Teyssier a la passion de son sujet mais aussi de son époque. Pour pénétrer son sujet, il a été particulièrement aidé par  Hubert Lyautey en personne car ce dernier a laissé une correspondance plus qu’abondante, quoique expurgée par lui même et par son neveu, Pierre Lyautey, son exécuteur testamentaire.

La personnalité riche et complexe de Lyautey constitue bien la trame de l’ouvrage; en cela, ce livre est une bonne biographie. Au delà de sa discipline militaire, Lyautey s’intéressait beaucoup aux arts et lettres mais aussi à la politique. Il fut d’une grande activité épistolaire et sa fréquentation des salons, de par le monde, a été régulière. Arnaud Teyssier va donc nous offrir un tour de plus de 50 ans dans les arcanes de la pensée et de la vie politique  de la IIIème république.

Evidemment, le sujet reste toujours centré sur la vie militaire du maréchal qui va voir sa vie basculer vers les colonies sur le tard mais avec un maître indiscutable en la personne de Joseph Galliéni tant en Indochine qu’à Madagascar. Le Maroc sera la grande aventure de sa vie car, Résident Général, il en sera le maître, le bâtisseur, l’ordonnateur, loin de Paris mais tout en respect des habitants, des institutions politiques et judiciaires ainsi que du mode de vie traditionnel. La dynastie régnante au Maroc et le pays moderne doivent beaucoup à Lyautey.

Etrangement, c’est sur cette partie que l’ouvrage m’a le plus laissé sur ma faim. J’attendais plus  car le fait marocain est tellement déterminant dans la vie du personnage.

Au final, j’ai refermé ce livre avec une grande satisfaction. Celle d’avoir été mené dans une époque, auprès d’un figure importante de l’expansion coloniale française.

Une biographie « écrite à l’ancienne », avec du style et de la passion, par un auteur connaissant bien son sujet, sûrement trop proche des idées de Lyautey mais comment rester indifférent à une telle personnalité !

Lyautey. Une biographie d’Arnaud Teyssier aux éditions Perrin en 2004. Avec un cahier photos en n/b, 4 cartes hors texte, une belle biographie commentée et un index. 468 pages.

A noter que l’ouvrage a été réédité en 2009, toujours par les éditions Perrin, dans sa collection de poche « Tempus ».

Collection Tempus

 

 

{lang: 'fr'}

La grande déroute de l’armée allemande. Koursk. Par Nicolas Pontic.

La grande déroute de l'armée allemande Nicolas PonticCet ouvrage, de 320 pages, sortira mi-avril.

Je tiens à souligner sa sortie car il est le résultat du travail de Nicolas Pontic, auteur régulier d’articles dans des revues d’histoire militaire depuis quelques années désormais et rédacteur en chef du magazine 2e Guerre Mondiale que je commente régulièrement sur Bir-Hacheim.com.

Nicolas Pontic avait d’ailleurs collaboré à deux numéros thématiques de Champs de Bataille – Seconde Guerre Mondiale (ici & ) consacrés justement à la bataille de Koursk.

Dans l’historiographie récente, en français, l’ouvrage de référence à ce jour est le « Koursk, les quarante jours qui ont ruiné la Wehrmacht. » de Jean Lopez paru chez Economica.

Après Vincent Bernard, Stéphane Mantoux, Cédric Mas, Benoît Rondeau, Nicolas Pontic rejoint la cohorte, talentueuse, de ces auteurs qui veulent passer de l’art de la synthèse en quelques pages à celui de l’analyse en quelques centaines ! Quelle belle vocation que la leur pour les lecteurs que nous sommes ! ;-)

Un rendez-vous que je ne manquerai pas au mois d’avril ! Et vous ? ;-)

La grande déroute de l’armée allemande. Koursk, 5 juillet – 23 août 1943. Par Nicolas Pontic. 320 pages aux éditions Tallandier en avril 2015.

 

{lang: 'fr'}

César, chef de guerre par Yann Le Bohec.

César Chef de guerre Yann Le Bohec

Les éditions Tallandier ont l’initiative de rééditer des textes intéressants dans leur collection « Texto », au format poche. Cela permet à des lecteurs de découvrir des textes et des auteurs de qualité à un prix réduit.

Appréciant particulièrement les ouvrages de Yann Le Bohec, grand spécialiste de l’armée romaine, je me devais de vous signaler la réédition de ce « César, chef de guerre », édité originellement en 2001 aux éditions du Rocher.

Comme dans l’édition original, le texte est abondamment illustré de schémas, plans, photos n/b et cartes.

A ne pas manquer si vous aviez raté l’ouvrage de 2001 !

Voir mon commentaire d’origine.

César, chef de guerre de Yann Le Bohec. Dans la collection « Texto » aux éditions Tallandier. 514 pages. Janvier 2015.

 

{lang: 'fr'}

2e Guerre Mondiale n°58. Magazine.

2e guerre mondiale #58

 

Un numéro 58 bien centré sur l’arme aérienne durant la 2ème guerre mondiale.

Le « dossier central » est consacré à la doctrine de combat de la Luftwaffe. Là où je pensais trouver un dossier « en profondeur », Stéphane Mantoux livre trois articles séparés mais complémentaires consacrés au sujet:

  • Renaissance d’un phénix, la construction de la doctrine de la Luftwaffe. Un bon article synthétique qui nous mène de la première guerre mondiale à la seconde. L’auteur fait une belle démonstration de la montée en puissance de l’arme aérienne allemande tant en termes de formation que de doctrine et de matériels.
  • Wolfram Von Richthofen, un maître de la guerre aérienne de la Luftwaffe.  L’auteur souligne, à juste titre, le manque de biographies consacrées aux personnages clés de la Luftwaffe. Il éclaire, dans un article trop court, le parcours de von Richthofen.
  • Kharkov, la Luftwaffe renverse la situation. Ici aussi un article très court pour démontrer le rôle déterminant qu’ont pu jouer les ailes allemandes durant la seconde guerre mondiale. Intéressant mais trop court à mon goût.
  • Au final, je me demande si le magazine n’aurait pas une bonne idée en consacrant un de ces numéros thématiques à ce sujet, le format magazine bimestriel se prêtant moins à un travail en profondeur.
  • Avec bibliographie commentée. Toujours utile.

Les autres articles:

  • L’Afghanistan et la 2ème guerre mondiale. Par Vincent Bernard. Cela fait quelques numéros que le magazine nous propose de remettre un lieu ou une situation d’actualité en prise avec son histoire plus ancienne, au 20e siècle. Toujours utile à mon sens mais je trouve ça trop court pour ma part.
  • 14/18 en 39/45: influence et permanence de la Grande Guerre sur le Seconde Guerre Mondiale. Ouch, quel sujet vaste traité par Benoît Rondeau ! Qui s’en sort bien en 10 pages: il faut être synthétique. Beaucoup de lecteurs pensent encore que 14/18, c’est l’infanterie et l’artillerie et que 39/45 ce sont les chars, la motorisation et l’aviation. Que nenni ! L’auteur va attaquer le sujet sous l’angle des combattants, des équipements mais ausi des tactiques et de la stratégie. Je vais arrêter de me répéter mais c’est court pour, ici aussi, un sujet intéressant, dense et bien mené au final !
  • 1940-2015: réflexions subjectives sur l’image de la France hier et aujourd’hui. Sincèrement, j’apprécie les travaux de Vincent Bernard mais là, j’ai du mal à suivre sur l’intérêt de ce texte parce que le parallèle entre le désastre de 1940 et les événements de janvier 2015, quelque soit la prise d’angle,…
  • Rubrique Cinéma: le Stalingrad de Bondartchouk est analysé par Stéphane Mantoux.
  • D’un exil à l’autre, les Tchécoslovaques dans la RAF. Un article de Philippe Listemann sur l’apport des ressortissants de ce petit pays apparu dans l’entre deux-guerres et disparu aujourd’hui… De facture classique mais utile ! Sans bibliographie.
  • La fiche Personnage de ce numéro est consacré à Reinhard Tristan Eugen Heydrich, le « monstre parfait » de la SS. Par Vincent Bernard.
  • La Grande Guerre Patriotique sur grand écran. De nouveau Stéphane Mantoux aux commandes pour survoler près de 50 ans de cinéma soviétique. Une synthèse qui m’a bien intéressé !

En fait, si on ajoute la rubrique Recensions d’ouvrages en deux pages, la fiche uniforme en deux pages également et trois profils pleine pages couleurs, cela fait douze articles pour un format de 84 pages (n’oublions pas la couverture, l’édito et six pages de pub). Je me demande si la profusion d’articles ne nuit pas à la profondeur de ceux-ci. A noter également dans ce numéro, l’absence de cartes ou d’ordres de bataille habituels dans ce genre de magazine.

Bref, un numéro dont les thèmes m’ont intéressé mais avec un goût de « trop peu ». A confirmer ou à affirmer dans les prochains numéros. Mais bon, n’oublions pas de soutenir la presse magazine qui souffre vraiment beaucoup en ce moment…

2e Guerre Mondiale n°58. Bimestriel de février-mars 2015. A retrouver sur Facebook.

{lang: 'fr'}

American Sniper. Le film, le livre.

Le dernier film de Clint Eastwood vient de sortir. On en lit des vertes et des pas mûres à son sujet.

Pour ma part, je l’ai vu en version US il y a quelques semaines. Je l’ai trouvé assez conforme à l’autobiographie de Chris Kyle dont le scénario est tiré. J’ai juste été surpris par la traque du sniper ennemi dont je ne me souvenais pas dans le livre. Pour le reste, on retrouve les faits, l’esprit, l’évolution du militaire et l’impact sur sa vie de famille.

Un bon film de Clint Eastwood selon moi.

La fin, des images authentiques, est particulièrement poignante. Les USA sont un pays  si différent du nôtre ! C’est clair que, vu de ce côté de la « grande marre », un soldat professionnel, américain, texan qui plus est, armé et qui tue sans état d’âme, ça ne plait guère. Là-bas, c’est juste un authentique héros patriote qui a fait son job…

Pour aller au delà du film, lisez aussi le livre qui vient d’être réédité par les éditions Nimrod ! ;-)

Juste en rappel, ce que je pensais de l’ouvrage à sa sortie.

American Sniper Chris Kyle

 

{lang: 'fr'}

Guerres & Histoire n°23. Magazine.

COUV_23

Comme l’ont déjà signalé plusieurs visiteurs, ce numéro est vraiment très intéressant !

Le dossier central est consacré aux « défaites de l’homme blanc », i-e les errements et échecs militaires des puissances occidentales dans la construction de leurs empires coloniaux; Italie, Angleterre, Grande Bretagne et Russie au tableau d’honneur ! Ouf, on y a (presque) échappé ! ;-)

  • Les échecs coloniaux, entre arrogance et dé-modernisation. Une belle mise en perspective des moyens mis en oeuvre et des réactions des peuples indigènes. Par Vincent Joly, universitaire et nouveau contributeur de Guerres & Histoire.
  • La résistance est un phénomène mondial. Par Laurent Henninger. Cartographie planétaire et exhaustive des échecs sur quatre continents ! La France y est aussi ! ;-)
  • Adoua, 1896: le Négus brise le rêve impérial italien. Par Jeni Mitchell, universitaire britannique. Arrivés sur le tard en Afrique, les Italiens ont voulu mettre les bouchées doubles en Ethiopie. Echec et mat ! Avec une belle description des manoeuvres et de la bataille.
  • Anoual, 1921: Abd el-Krim égorge l’armée espagnole. Ici aussi le commandement militaire fut bigrement déficient. Jean Lopez interroge l’historien espagnol Luis Miguel Francisco. Que d’erreurs tactiques face à un adversaire mésestimé ! Les Français devront  mettre de sacrés moyens pour ramener les tribus rifaines à raison. Pour ceux qui s’intéressent à la guerre du Rif, il y a l’ouvrage de Courcelle Labrousse & Marmié: La guerre du Rif (1921-1926).
  • Gandamak, 1842: les Anglais sombrent en Afghanistan. Quel traumatisme que cette défaite pour les Britanniques. L’Afghanistan et ses tribus, encore et toujours… Par Benoist Bihan.
  • Dargo, 1845: le jihad de Chamil face à la Russie. Yacha McLasha est allé interviewer Hadji Murad Donago de l’Université du Daghestan sur cette bataille perdue par les Russes au fin fond du Caucase. Ah ces Tchétchènes !
  • Rarement étudié, très peu couvert. Un beau dossier central superbement illustré.

Les autres articles:

  • j’ai été surpris par l’absence de l’édito « inoxydable » de Jean Lopez…
  • « Dans un cône de feu, je pique à 90° sur le Yamato ». Témoignage recueilli par Maurin Picard du lieutenant Edward A. Sieber, pilote de bombardier en piqué de l’aéro-navale américaine en 1944-1945. Impressionnant !
  • Guerre du Vietnam: la vision romantique de ceux du Nord. Pierre Grumberg et Stéphane Dubreil ont interviewé  le photo-reporter Patrick Chauvel sur une série de clichés tirée de son ouvrage « Ceux du Nord » centré sur les photos prises par des « reporters » du Vietnam du Nord durant ce long conflit. Très intéressant sur le contexte et l’état d’esprit de ces photographes « sur commande ».
  • Lissa, 1866: les douloureux boulets de la marine italienne. Le jeune royaume d’Italie confronté au vieil empire austro-hongrois ! Visiblement l’amiral italien n’était pas bien déterminé ! Par Roberto Barazzutti.
  • Cortès au Mexique, une conquête plus politique que militaire. Par Thierry Noël. On est toujours surpris par l’impact de si peu d’hommes sur une civilisation quand même bien structurée. Victor H. Hanson s’était déjà penché sur le problème . A ajouter également l’impact de la variole…
  • Pour bâtir l’Empire, port du casque recommandé. Eric Tréguier. Dans la rubrique « 1 objet, 1 histoire ». Du casque antique, ses origines, sa production, ses évolutions. Intéressant.
  • Les Immortels, un mythe de l’armée perse écrit en grec. Par Eric Tréguier. Ok, on comprend que « immortel » est peut-être le fruit d’une erreur de traduction. Au delà de ça, l’auteur nous présente le rôle de cette « infanterie lourde » perse bien supportée par de l’archerie « trop légère ». Au final, le choc avec les solides phalanges grecques sera toujours douloureux ! ;-)
  • Paras « made in USSR ». Jean-Dominique Merchet revient sur l’origine de nos troupes  aéroportées françaises. Et on peut pas dire que l’URSS n’y joue pas un rôle !
  • Renault FT, le pionnier de la mécanisation militaire. On connaît le colonel Michel Goya pour son excellent ouvrage « La chair et l’acier« . Il revient ici sur un élément majeur de la victoire de 1918: l’emploi, en masse, d’un char d’accompagnement d’infanterie léger, le Renault FT. Ce même concept de char nous posera bien des problèmes à l’approche de la seconde guerre mondiale…
  • Clausewitz (1/4), une vie entre pensée et action. Par Bruno Colson, universitaire belge. Ce premier article retace la vie de ce penseur essentiel du domaine de la stratégie. Les autres articles seront consacrés à: les idées-force; diffusion, réception et influence de l’oeuvre; critique et dépassement. Très bon article.
  • La rubrique « A lire, à voir, à jouer » est particulièrement bien fournie. J’en retire le « Pétain » de Bénédicte Vergez-Chaignon,  sur l’interview de Pierre Grumberg.
  • Pour ce qui est de la rubrique « Wargames » de Franck Stora, j’ai de plus en plus de mal à le suivre dans ses choix…
  • Le quiz est consacré à la guerre d’Espagne. 14/20. Peux mieux faire ! :-D
  • … et la rubrique érudite mais toujours désopilante de Charles Turquin ! Ah Nivelle et sa fameuse chaussée ! J’y serai demain ! ;-)

Guerres & Histoire n°23. Bimestriel, février 2015. Un magazine des éditions Mondadori. A retrouver sur Facebook avec ses près de 15.000 fans !

 

{lang: 'fr'}

Les nazis en fuite. Gerald Steinacher.

Les nazis en fuite Gerald Steinacher

Je ne connais pas l’auteur, Gerald Steinacher, dont c’est le premier ouvrage traduit en français.

Mais le sujet m’a intéressé ! VIsiblement, au delà des légendes et élucubrations diverses, l’auteur s’intéresse à quantifier et à qualifier le phénomène: personnels concernés, motivations, réseaux d’exfiltration, rôle des puissances occidentales et des structures « non gouvernementales ».  Vu le contexte de l’après-guerre, on comprend que l’Italie fut la voie principale de fuite.

Avec notes nombreuses, bibliographie et index.

Lecture en cours ! ;-)

Les nazis sont en fuite. Gerald Steinacher. Aux éditions Perrin en février 2015.

 

 

{lang: 'fr'}

Israël contre le Hezbollah. Michel Goya & Marc-Antoine Brillant.

Israël contre le Hezbollah

Excellente synthèse sur la guerre de 2006 au Liban Sud.

Comment en un petit format (180 pages) faire le point sur les tenants et aboutissants d’un conflit qui a duré un mois, détecter les points forts et les points faibles des belligérants et en tirer de conclusions et voir l’impact sur la nouvelle doctrine de Tsahal, l’armée d’Israël, pendant et au delà de l’Opération Plomb durci à Gaza en 2008  ?

C’est ce qu’ont réussi à faire deux officiers, tous deux impliqués dans la recherche sur la doctrine d’emploi des forces de l’Armée Française.

Comme souvent avec le colonel Goya, l’approche du sujet est multidisciplinaire: militaire, diplomatique, sociologique, médias.

Dans un premier temps, on part de l’événement déclencheur (une embuscade au nord de l’état hébreu) et on va voir la montée aux extrêmes décidée par le gouvernement israélien.

Ensuite, un point précis est fait tant sur Tsahal en 2006 que sur l’évolution des forces armées de l’organisation chiite du Liban Sud: le rôle de l’Iran, l’évolution de la doctrine d’emploi de ses forces stratégiques (roquettes, fusées) et tactiques (combattants et miliciens sur le terrain).

Une grand partie est consacrée à la succession des opérations, mettant en exergue les difficultés – nombreuses – rencontrés par Israël face à un adversaire déterminé et bien préparé. La montée en puissance israélienne est expliquée, analysée, critiquée de manière fine et dans un langage facile d’accès même pour les profanes de la « res militaris ».

L’ouvrage, publié en 2013,  se termine sur une synthèse précise de l’impact sur les stratégies et tactiques des deux adversaires ainsi que sur l’adapatation déjà observée lors de l’opération à Gaza en 2008.

Au final, cet ouvrage est vraiment un must sur le conflit mais également un magnifique exemple de synthèse tant sur une opération que sur les doctrines d’emploi des forces armées dans un contexte international et de communication de crise. Bref, un modèle du genre qui peut servir de référence dans bien des cas et même sur des sujets non militaires.

Avec sources, quatre cartes hors-texte, état de l’arsenal du Hezbollah libanais et bibliographie.

Israël contre le Hezbollah – chronique d’une défaire annoncée (12 juillet – 14 août 2006) de Michel Goya & Marc-Antoine Brillant. Aux éditions du Rocher dans la collection « Lignes de feu » en 2013.

{lang: 'fr'}

L’Afrique, encore et toujours. Bernard Lugan.

La retraite de l’université française a permis à Bernard Lugan d’augmenter son rythme de production littéraire car deux ouvrages vont sortir quasi-simultanément.

Le premier est consacré aux guerres en Afrique en 300 pages et 100 cartes. L’ouvrage, auto-édité, est en vente sur le site de l’auteur. Je le commenterai prochainement.

Afrique la guerre en cartes

Parallèlement, il va sortir, aux éditions du Rocher, un ouvrage qui promet d’être plus polémique: « Osons dire la vérité à l’Afrique ». Comme à son accoutumée, l’auteur va aborder son sujet sous la forme de questions: « N’est-il pas temps de dire aux Africains… »

Lugan_Osons_Dire_La_Verite_Couv - copie

Etant un lecteur régulier de la newsletter de l’auteur, disponible uniquement en ligne, j’ai une certaine habitude du sujet présenté par Bernard Lugan qui considère, loin des dires habituels entendus un peu partout, que la situation de l’Afrique n’est pas aussi brillante qu’on le dit souvent et j’imagine bien les arguments que l’auteur va développer . Là aussi, je le lirai prochainement.

Quelques questions traitées par Bernard Lugan, évidemment questions à débat !

Capture d’écran 2015-02-13 à 10.29.16

N’en déplaise à quelques esprits chagrins, Bernard Lugan est l’auteur qui m’a le plus apporté sur l’Afrique depuis quelques années maintenant. Si vous n’avez jamais lu un ouvrage de Bernard Lugan, vous avez là deux occasions !

La découverte ou l’ignorance ! ;-)

 

 

 

{lang: 'fr'}

Guerres & Histoire n°23. Il sortira le vendredi 13 !

COUV_23

Et voici donc la dernière livraison de notre magazine d’histoire militaire préféré qui continue à briller au milieu d’un secteur de la presse magazine bien en crise…

Ce succès est dû, pour l’essentiel, aux choix éditoriaux: des sujets trop ou pas assez connus, traités de manière journalistique avec des auteurs de qualité, une iconographie riche et originale et des orientations bibliographiques pour aller plus loin.

Pour ma part, cela fait 23 numéros que je ne m’en lasse pas !

Le dossier central est consacré aux défaites de l’homme blanc, ces batailles qui ont émaillé la construction des empires coloniaux occidentaux au 19ème et au début du 20ème siècle. Bon il fallait oser écrire « homme blanc » sur la couverture d’un magazine en 2015.  Cela ne fait guère tendance aujourd’hui. Dépaysement garanti pour un sujet que bien peu de nos contemporains connaissent !

Parmi les autres articles, on relèvera:

  • l’interview d’un pilote de bombardier en piqué américain à l’assaut du cuirassé Yamato en 1945
  • Cortès à la conquète de l’Amérique centrale
  • les pérégrinations du char Renault FT
  • les Immortels dans l’armée perse
  • ou encore les photos des photographes nord-vietnamiens durant la guerre du Vietnam
  • j’ai repéré aussi le quiz consacré à la guerre civile espagnole ainsi qu’une découverte de Clausewitz en 4 épisodes !

Bref, on ne va pas s’ennuyer !

Guerres & Histoire n°23. Bimestriel des éditions Mondadori en février 2015. Vous pouvez retrouver le magazine sur Facebook.

{lang: 'fr'}
Powered by WordPress | Designed by: free drupal themes | Thanks to hostgator coupons and managed hosting