La chair et l’acier : L’armée française et l’invention de la guerre moderne (1914-1918).

Un énorme travail de recherche, une réflexion et une analyse exceptionnelles !

J’avais acheté, à sa sortie en 2004, cet ouvrage de Michel Goya consacré à l’évolution de l’armée française dans la guerre de 14-18. Il avait rejoint la cohorte des ouvrages en attente de lecture. C’est la lecture de son deuxième ouvrage, « Irak, les armées du chaos, qui m’a amené à le lire.

Quelle surprise ! Avec cet ouvrage, Goya rejoint, pour moi, les meilleurs auteurs anglo-saxons consacrés à la guerre. Pour les connaisseurs, il y a du John Keegan dans ce Michel Goya !

Cet ouvrage est d’abord un ouvrage de recherche rigoureuse. Puisé aux meilleures sources, fruit d’une documentation impressionnante et de qualité, cet ouvrage va vous permettre de découvrir la préparation (et l’impréparation) de l’armée française, l’évolution des doctrines, des équipements et des hommes face à un conflit où la technique et l’industrie vont s’imposer.

Au delà du chercheur, Michel Goya est également un officier supérieur de l’armée française. Il va vous faire découvrir, au raz du terrain, dans le style de « Anatomie de la bataille » de John Keegan, le pourquoi et le comment de l’évolution des hommes et des techniques de la guerre. De la tranchée jusqu’au haut commandement.

Avec des officiers tels que Goya, Desportes, Yakovleff, se met en place une école de réflexion et de la doctrine militaire qui manquait cruellement à notre pays comparé à celle, très vivante, du monde anglo-saxon.

A ne manquer sous aucun prétexte.

Un auteur à suivre de près. Lisez et relisez son: Irak, les armées du chaos.

Aux éditions Tallandier en 2004.

 

{lang: 'fr'}
You can leave a response, or trackback from your own site.

8 Responses to “La chair et l’acier : L’armée française et l’invention de la guerre moderne (1914-1918).”

  1. […] retrouve ici toute la qualité de réflexion qui a fait le fond de son premier ouvrage « La chair et l’acier » avec pour thèmes principaux: « le retour de la guerre de […]

  2. […] Deux reproches à faire cependant: je ne pense pas que le découpage en années soit le plus judicieux et la rédaction est parfois un peu confuse. En fait, il s’agit d’une approche novatrice qui méritait un format sans doute plus important (400 à 500 pages) plutôt que les 200 pages plus dans l’esprit de la collection. En fait, pour aller – vraiment – plus loin, je ne peux que vous conseiller l’ouvrage du colonel Michel Goya: « La chair et l’acier« . […]

  3. Charles Antoine dit :

    Salut Bir,

    Juste en passant, à propos de ce livre de Michel GOYA que j’ai acheté sur tes conseils, une intéressante présentation du CRID 14-18 :

    http://www.crid1418.org/bibliographie/commentaires/goya_loez.htm

    PS : toujours aussi idôlatre à propos de Keegan ! 😉

    • jlsynave dit :

      Merci Charles-Antoine.
      Pour Keegan, pas d’idolâtrie, du respect pour le travail réalisé.Il faut remettre les choses dans leur contexte. Quand il sort ses deux ouvrages décisifs, il faut voir le contexte historiographique pas du tout porté sur une approche « au raz du terrain ». Par défaut, je respecte beaucoup les auteurs et ce qu’ils m’apportent ! 😉 Merci d’être passé par ici.

  4. […] Maxim: l’invention de la machine à tuer. Depuis son ouvrage exceptionnel « La chair et l’acier« , je considère Michel Goya comme un grand spécialiste de l’industrialisation de […]

  5. […] d’abord par “La chair et l’acier” consacré à l’armée française dans la 1ère guerre mondiale, un “must […]

  6. […] rare chez les militaires… et chez les historiens. J’ai lu plus tardivement son “La chair et l’acier” consacré à l’évolution de l’armée française au feu de la première guerre […]

  7. […] dernier ouvrage qui m’avait fortement marqué sur la 1° guerre mondiale était « La char et l’acier » du colonel Michel Goya. Je pense que cette histoire de l’armée française devrait le compléter utilement […]

Leave a Reply

Powered by WordPress | Designed by: free drupal themes | Thanks to hostgator coupons and managed hosting