Une occasion s’est présentée d’acquérir ce petit jeu, sous ziplock, récemment. Niveau division, des règles courtes, une carte, 200 pions; bref, le jeu idéal pour jouer en solo ! La carte classique est très lisible (signée Joe Youst), les pions, tout aussi classiques, sont un peu épais. Pas de réelle critique de ce côté là. Le système repose sur l’attribution, connue à l’avance, de points d’activation par corps d’armée. Chaque point permettant aux unités du corps concerné soit de se déplacer, soit de combattre. Il faut donc deux points d’activation pour se déplacer et combattre dans le même tour (sauf pour les divisions panzer allemandes qui peuvent toujours combattre). C’est simple et assez efficace pour simuler les capacités des belligérants en fonction, on l’imagine, de la préparation d’une offensive ou de l’arrivée de renforts et d’approvisionnements que le joueur n’a pas à simuler dans le détail. J’ai également apprécié les éléments de « chrome » constitués par un assaut parachutiste soviétique et ses unités de partisans dans les bois pouvant servir à couper les lignes d’approvisionnement allemandes. Pour le jeu, à proprement parler, faute de grande percée soviétique initiale, les tours se sont caractérisés par des offensives soviétiques limitées le long du front et la reconstitution permanente du front allemand à chaque tour jusqu’au moment où il est possible à ce dernier d’engager des contre-attaques tout aussi locales finalement. J’insiste sur le fait que de ne pas percer franchement la ligne allemande en début de jeu peut amener à une expérience de jeu monotone. Pour ma part, je me suis arrêté au tour 8 (sur 9) sans avoir l’envie de débuter une autre partie. Je pense que le jeu vaut mieux que ça. A ré-essayer à l’occasion ! Un jeu de simulation proposé par Shigeru Hirano chez Revolution Games.
Partager