Le RAID, comment manager une unité d’élite ? Jean-Michel Fauvergue.

Le titre pose une vraie question !

Comme les lecteurs du rombier le savent, je suis plus porté sur les opérations militaires que sur les opérations de police, fussent-elles celles de corps d’élite comme le GIGN ou le RAID.

Le « comment manager » m’a cependant amené à la lecture de ce petit opus de 112 pages édité par les sympathiques Editions Mareuil.

En fait, on connaît les « hommes en noir » surtout pour leurs missions et bien moins pour leurs motivations, leur organisation interne et les interactions avec les autres composantes de la Police ou de la Gendarmerie Nationale.

L’ouvrage met le doigt sur quelques points clés:

  • le passage d’interventions sur des forcenés ou des prises d’otages « traditionnelles » à des interventions sur le terrorisme islamiste
  • ce qui se traduit par moins de négociation et plus par de véritables opérations de combat
  • la nécessaire adaptation à ce changement fondamental remet en cause les pratiques acquises jusqu’ici avec des taux de succès élevés
  • la difficulté à se remettre en cause (syndrome du « not invented here » bien connu dans les entreprises technologiques) et un besoin de reconnaissance élevé
  • l’intrusion de niveaux de décision supérieurs dans le déclenchement des opérations tactiques

A certains moments, j’ai eu l’impression d’être « pris en otage » (facile, je sais…) dans ce qui paraît être une argumentation précise de l’auteur face à des questions que le lecteur ne maîtrise pas nécessairement… Une espèce de « besoin d’en découdre » sans bien connaître le public visé… De plus, de temps en temps, Jean-Michel Fauvergue utilise des formules bien alambiquées, bien loin du vocabulaire précis des militaires des opérations spéciales ! En même temps, maintenant, il est député LREM ! 😉

Bref, un ouvrage utile mais qui mérite une contextualisation que je ne maîtrisais pas !

Aux Editions Mareuil en janvier 2018.

 

{lang: 'fr'}

Lignes de front n°72. Magazine.

Au sommaire d’un numéro riche et original:

  • Le forstschutz-kommando. Gardes forestiers aux mains couvertes de sang. Une curiosité que ces unités qui dépendaient d’Herman Goering essentiellement utilisées en contre-guérilla ! Par Yann Mahé. Une double page.
  • Frontovik: cet inconnu ! Ou la modernité du fusilier soviétique en guerre. Un plaisir que ces articles qui réhabilitent le soldat soviétique. Avec un focus sur les gilets pare-balles, l’invention du sniping lourd et les premiers fusils d’assaut qui ne sont pas ceux que l’on croit. Un bon travail de Yann Mahé et de Sylvain Ferreira.
  • La clef du Cotentin. Sainte-Mère-Eglise: 6-7 juin 1944. Une relation très dynamique des combats des jours J et J+1dans le triangle Sainte-Mère-Eglise, Carentan et Merderet ! Comment passer de la confusion d’un assaut aéroporté à une défense organisée ! Dense et très complet. Par Vincent Bernard.
  • Le Volksturm. Le peuple du Reich en armes ! Enfin, en théorie. Un dossier de fond proposé par Yann Mahé sur la mobilisation en masse des Allemands du plus jeune âge aux vétérans de 1914-1918. Très complet sur l’organisation, l’armement, les engagements au combat. Chant du cygne pour le crépuscule des dieux ! Très riche et bien illustré !
  • Third Army. La cavalerie de Patton. De nouveau Vincent Bernard pour nous délivrer un historique cohérent et équilibré de la saga de la grande unité du général de légende, George Patton. Une très bonne maîtrise de son sujet !
  • SS-Flieger. Vers une Waffen-SS aérienne ? Les tentatives de l’ordre noir pour mettre en place une arme aérienne propre sans jamais pouvoir être crédible. Yann Mahé.
  • Paramarines. Les parachutistes de l’US Marine Corps.  Double page pour présenter ces unités paras dans le Pacifique.
  • Sd.Kfz 234 Puma. Monographie de cet outil de reconnaissance performant. Par Laurent Tirone.

Ligne de front n°72. Numéro des mois de mars et avril 2018. Un magazine des éditions Caraktère.

{lang: 'fr'}

Batailles & blindés n°83.

Au sommaire de ce numéro de février & mars (un peu de retard, désolé !):

  • Les rats du désert (2ème partie): la 7th Armored Division de Gazala au Volturno. Suite de l’article de Luc Vangansbeke paru dans le numéro 82. C’est toujours bien précis avec trois ordres de bataille et profils couleurs. Good !
  • La Wehrmacht et la course au gigantisme. La quête de l’arme absolue. Cet article de synthèse de Laurent Tirone est bien dans la veine de ce que publient les éditions Caraktère depuis plus d’un an en magazine ou en ouvrage indépendant. C’est clair que le reich nazi semblait aimer les « gros engins ». Passage en revue des canons d’assaut, des chars de combat, des chars lance-flammes, des chasseurs de char, des canons automoteurs, des canons antichars et de l’artillerie géante… Que du gros superbement illustré de photos rares et de profils couleurs en nombre !
  • FMC 2C. La fin des géants. Encore du gros mais français celui-là et en 1940 en plus ! Anecdotique mais une curiosité ! Par Jean-Michel Adenot.
  • Le Panther vu par ses utilisateurs. Entre mythe et réalité. Jacques Armand exploite les interrogatoires d’un instructeur de la Panzerwaffe capturé par les Américains pour nous restituer un RETEX de l’intérieur du blindé allemand !
  • Plus les rubriques d’actualité et les recensions d’ouvrages.

Batailles & Blindés n°83. Numéro des mois de février &mars 2018.

 

 

{lang: 'fr'}

Lieutenant de panzers. August von Kageneck.

Récit autobiographique.

August von Kageneck, aujourd’hui décédé, a grandi en Rhénanie occupée par l’armée française après la 1ère guerre mondiale. Il nous livre un récit bien complet de sa jeunesse jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.

Ce texte n’est pas dénué d’intérêt car l’auteur, noble et francophile, se livre à une explication de ses motivations allemandes, de la montée au pouvoir d’Adolf Hitler et du parti nazi et de son engagement dans l’armée allemande au sein de la 9. Panzerdivision puis à la Panzer Lehr Division.

Le texte mérite avant tout d’être lu pour l’analyse de l’intérieur de la montée aux extrêmes de l’Allemagne du « Reich millénaire » jusqu’au « crépuscule des dieux »…

On se souviendra que l’auteur avait partagé avec Hélie De Noix de Saint Marc un ouvrage commun: « Notre histoire. 1922-1945 ».

Vous pouvez facilement trouver la version de poche de ce texte parue dans la collection Tempus de l’éditeur Perrin en 2003.

Lieutenant de panzers. August von Kageneck. 195 pages. Aux éditions Perrin en 1994.

{lang: 'fr'}

Vae Victis n°138. Magazine.

Le magazine du wargame francophone continue son bonhomme de chemin avec ce 138ème numéro !

Au sommaire:

  • Nouveautés hexagones: avec seulement six entrées. L’Italie à l’honneur avec la revue Si Vis Pacem Para Bellum et Gorizia 1916 de Europa Simulazioni.
  • Pendragon. La dynamique de la chute. La profusion d’édition rapide de GMT Games autour de sa série COIN s’accélère encore en s’intéressant ici aux début des « âges sombres » sur la grande île britannique. Si le « multi-camp » est une évidence, pas sûr par contre que soit très « contre-insurrectionnel » ! Un très bon article de Frédéric Bey en quatre pages avec l’interview du designer qui est français, Marc Gouyon-Réty !
  • Democracy under Siege. Lutte d’influence dans les années trente. Pas trop ma tasse de thé mais je lis toujours les articles de François-Xavier Euzet avec intérêt ! Avec un design très immersif pour la période, je trouve.
  • Forgotten War. ASL au pays du matin frais. Le célèbre système tactique en Corée ! Celui-ça, ça faisait un certain temps que je l’attendais… On avait déjà eu un avant-goût d’extension dans l’après-guerre avec la guerre de 1948 en Palestine et la guerre d’Indochine mais ce n’était pas chez l’éditeur « officiel ». Pour Philippe Naud, qui est un expert de la série, ce n’est pas une extension simple ! A voir si ma motivation sera assez forte pour redéployer de l’ASL ! 😉
  • Drouet d’Erlon à Waterloo. Les hexagones au service de l’histoire. Episode 4. Bon, ça fait déjà quelques épisodes que Jérôme Ligot m’a perdu en route. Je ne vois pas à quoi ces articles servent ! Mais au moins, ça rafraîchit nos connaissances de jeux anciens… « Verre à moitié vide ou à moitié plein » !
  • L’automne de Barberousse. Coup de frein à l’est. Une double page claire consacré par Luc Olivier à ce petit opus de la série SCS de MMP. J’en avais parlé ici. Personnellement, je n’ai pas eu de souci avec la règle du « retrait d’Hitler ». Ça met du piquant !
  • Old School Tactical Western Front. A l’ouest du nouveau. Sylvain Ferreira semble convaincu par ce n-ième système tactique seconde guerre mondiale mais il souligne les incohérences (ou les volontés…) des éditeurs à pousser à l’achat d’extensions en tous genres… Entre ça et le financement participatif, pas sûr que les wargamers y gagnent… !
  • Next War: Poland. Le grand retour du front de l’est. Un article très bien construit de Nicolas Sévaux sur ce dernier opus de la série Newt War de GMT Games. Particulièrement en ce qui concerne les choix géo-stratégiques de simulation ! Un beau travail bien appuyé par l’interview critique du concepteur. On redemande des articles de cette qualité !
  • Ligny 1815: Last Eagles. La dernière victoire de l’Aigle… J’ai acheté tous les opus de la série sans jamais les déployer. J’avoue: j’en reste à Welington’s Victory de SPI/TSR ou à Empire V… Mais bon, ça semble passionner un grand nombre de joueurs francophones… Alors « ludique et historique » ? Voir l’argumentation de Vincent Gérard ! Pas encore bien convaincu pour ma part.
  • 1870, Premières batailles. Wissembourg et Spicheren. Il s’agit de l’article historique qui accompagne le jeu en encart. Il est signé par Jean-Philippe Imbach, fin connaisseur de la période…
  • Wissebourg et Spicheren. Notes de conception. Arnold Giraud-Moser confie ses choix de conception. Toujours intéressant.
  • La marche de flanc à AdG. 2e partie. Contenir pour frapper au moment opportun. L’arlésienne des tables de wargame avec figurines ! Avec exemples historiques et opportunités à gérer en tabletop. Article bien foutu de Ostap Bender.
  • Wolfenbuttel 1641. Les Français volent a secours des Suédois.Du classique figs par Stéphane Thion. Belles figurines !
  • L’homme qui voulait de venir roi.Du skirmish figs dans la période coloniale britannique. Je zappe. Par Pierre Aymeric.
  • Retour à Waterloo. Faire découvrir l’Empire aux néophytes. C’est vrai que les tables de figurines sont un excellent moyen d’amener des newbees au hobby…L’article de Nicolas Rostaing nous propose son analyse et une méthode efficace pour agrandir la population des wargamers ! Belle mission et beau travail !
  • L’affaire un déjeuner. Règles simples pour Waterloo. Règles figs qui font suite à l’article précédent. Par Nicolas Rostaing. Je zappe.
  • Saratoga 1777, 2ème partie. Le tournant de la guerre. 3 batailles simulées. Franck Fiat. Je zappe.
  • Revue des revues. Figs. Par Jean-Philippe Imbach. Je zappe.
  • Bibliothèque stratégique. Toujours de qualité et complémentaire de celle de Guerres & Histoire, je trouve. Quatre pages par le trio magique de la BIN ! (Bey, Imbach, Naud) 😉
  • Nouveautés règles. Figs. Par Jean-Philippe Imbach. Je zappe.
  • Nouveautés Figs. Je zappe.

A noter que certains se sont plaints du manque de rigidité de la couverture. Je m’associe bien volontiers à cette remarque. Elle est par trop fine et manque de rigidité !

Vae Victis n°138. Numéro des mois de mars et avril 2018.

 

{lang: 'fr'}

Je reviendrai. Eugenio Corti. Lettres de Russie.

Eugenio Corti fut un grand écrivain italien, disparu récemment.

Son histoire personnelle a marqué son oeuvre. Les éditions des Syrtes ont pris la décision heureuse d’éditer un ensemble de lettres de l’écrivain, jeune officier, de son engagement dans l’artillerie jusqu’aux rives du Don et ce durant les années 1942-1943.

Il ne faut pas lire ces lettres en s’attendant à des révélations sur la guerre. Elles sont bien plus précieuses pour découvrir les raisons de l’engagement d’un catholique fervent,  sa volonté constante de rassurer sa famille, son besoin permanent de nouvelles et de colis familiaux et la vie en unité dans l’artillerie lourde italienne en 1942. On y verra aussi, parfois amusé, les effets d’une censure très légère.

On regrettera par contre que l’éditeur ne propose pas, en contrepoint, l’évolution des opérations durant les déplacements successifs d’Eugenio Corti. En fait, on mesure l’impact des contrez-attaques soviétiques dans les dernières lettres bien silencieuses.

Au final, j’ai bien apprécié la lecture de ces témoignages utiles pour comprendre l’état d’esprit des combattants italiens en Russie.

Avec une préface très utile de François Livi pour contextualiser cette édition.

Pour en savoir plus sur le corps expéditionnaire italien en Russie.

240 pages avec de nombreuses photographies n/b dans le texte. Aux éditions des Syrtes en janvier 2017.

 

{lang: 'fr'}

Guerres & Histoire n°41. Magazine.

Le dossier de ce numéro est consacré à la guerre d’Indochine française:

  • Le sous-titre est « comment l’armée française s’est réinventée ». Bien trouvé car après 1940 et les combats de 1943 à 1945, les militaires français allaient se trouver confrontés à un conflit quelque peu différent…
  • La France face à son premier conflit de décolonisation. C’est clair que le Japon et les USA avaient créé une situation favorisant l’expression du nationalisme vietnamien… Une belle synthèse de l’évolution du conflit par Jean Lopez.
  • L’Indochine comme terrain d’expérimentation. Très bon article de Michel Goya sur l’adaptation du corps de bataille français aux conditions de la guerre en Indochine; entre improvisations, expérimentations, manque de moyens et aide US sur le tard.
  • Repenser la guerre contre-révolutionnaire. La confrontation à cette forme de guerre issue du bloc communiste fut un choc. Entre incompréhension et adaptation, les leçons allaient-elles porter pour le prochain conflit en Algérie ? Par Michel Goya.
  • Des expédients militaires pour une stratégie aveugle. Toujours une bien belle hauteur de vue chez Benoist Bihan pour analyser les errements stratégiques français…
  • Le piège de Dien Bien Phu était évitable. Ben, fallait pas y aller… Facile à dire. J’aurais aimé une approche plus précise sur: « maintenant qu’on y est, comment faire pour ne pas perdre cette bataille ! » Par Benoist Bihan.

Les autres articles:

  •  » J’étais sûr qu’avec les zéros, nous allions gagner. » La rubrique « Témoignage » nous livre l’interview d’un pilote du célèbre avion japonais. Toujours intéressants, ces reportages sur les anciens combattants. Propos recueillis par Rafaële Brillaud en 2013.
  • Afghanistan. Derniers feux de la guerre froide. Dans la rubrique Caméra au poing, Jean Lopez revient sur les circonstances et sur l’évolution de l’engagement soviétique en Afghanistan. Il y a près de 40 ans déjà… L’Afghanistan des Soviétiques à la Coalition, ça mériterait un dossier de fond, je trouve !
  • La Révolution a-t-elle inspiré les mutins de la Navy ? Un article bien intéressant de Paul Dowswell sur les conditions de vie et les mutineries dans la marine de guerre britannique durant la Révolution française. Pour l’auteur britannique, visiblement, les « mangeurs de grenouille » n’y étaient pour rien !
  • Quand les indiens se déchiraient entre Nord et Sud. Une bonne synthèse sur l’engagement des tribus indiennes (enfin ce qu’il en restait encore…) durant la guerre de Sécession. Par l’un de ceux qui en devient spécialiste en France: Vincent Bernard.
  • Quand l’armurerie invente la standardisation. Très intéressant (et trop court) article dans la rubrique « Un objet, une histoire ». Par Christophe Pommier.
  • Marchfeld, 1278: l’aurore des Habsbourg. Dans la rubrique « La bataille oubliée ». Sylvain Gouguenheim nous retrace les contours de ce conflit « décisif » dans le Saint Empire romain-germanique ! Excellente vue sur les tenants et les aboutissants de la bataille ! Belles illustrations.
  • Hydravions de chasse: armer un cygne n’en fait pas un faucon. Bon visiblement, malgré les faiblesses inhérentes à ce type d’avion, la production alla bon train quand même. Un article pointu et original proposé par Pierre Grumberg.
  • Cyrus, le grand conquérant oublié. Il est clair que le personnage méritait une présentation biographique de qualité. Merci à Eric Tréguier !
  • La rubrique « A lire » est toujours aussi dense. Avec la mise sous les projecteurs de la deuxième biographie proposée par Vincent Bernard. Après son Lee, voici son Grant !
  • Dans la rubrique « A jouer. Wargame ». Une erreur de Frank Stora qui attribue le Hollande 44 de Marck Simonitch à McLaughlin ! Le bougre ! 😉
  • Le quizz Cavalerie est proposé par Stéphane Béraud. 13/20… Je n’ai jamais aimé les canassons ! 😉

Guerres & Histoire n°41. Numéro de février 2018. Un magazine des éditions Mondadori. A retrouver sur Facebook.

{lang: 'fr'}

Heia Safari. Général von Lettow-Vorbeck. Par Bernard Lugan.

En décembre 2017,  j’avais annoncé la sortie de cet ouvrage de l’historien africaniste Bernard Lugan.

Depuis, je l’ai acheté et je viens d’en terminer la lecture.

Au delà du texte, il s’agit avant tout d’une somme remarquable de documents photographiques et d’illustrations d’une grande rareté sur la saga africaine de la schutztruppe de l’est africain allemand de 1914 à 1918. Le travail d’édition, réalisé à compte d’auteur, est tout simplement remarquable. Les annexes abondantes et la bibliographie exhaustive justifient aussi pleinement l’achat de cet ouvrage sur un sujet finalement très peu couvert en dehors des revues d’histoire militaire.

Sur le texte, j’ai parfois eu l’impression d’une juxtaposition de chapitres thématiques mais l’érudition militaire et la connaissance géo-stratégique poussée de l’auteur sur l’Afrique de l’est sont ici tout aussi essentiels pour comprendre l’évolution du conflit, et le pourquoi de la survie de la troupe de von Lettow-Vorbeck durant tout le conflit sans autres ressources que celles de la nature et des prises de guerre sur l’ennemi. Les chapitres postérieurs à l’épopée n’en sont pas moins intéressants.

Au final, je ne peux qu’encourager les lecteurs intéressés de se procurer cet ouvrage auprès de l’auteur au plus vite !

L’ouvrage est disponible  uniquement sur le blog de l’auteur.

294 pages, 200 photos et cartes dont un cahier couleurs. 2018

 

{lang: 'fr'}

Ligne de front n°71. Magazine.

Un sommaire bien diversifié pour ce numéro des mois de janvier & février 2018:

  • Le baiser mortel du dragon. Walter Gerhold et le torpillage du croiseur Dragon. Un court article de Yann Mahé sur les torpilles humaines à l’assaut de la flotte d’invasion en Normandie 1944. Original.
  • Typhon sur Moscou (octobre-décembre 1941). Le XL. Panzer-korps dans la tourmente. Article de facture classique « germano-centré » sur les difficultés croissantes des troupes allemandes à l’assaut de Moscou. Par Didier Laugier.
  • Panzer en Normandie. Des fauves en cage. Tout le sujet de Laurent Tirone est de démontrer que les blindés allemands, parfaitement adaptés au front de l’est, furent moins efficaces en Normandie. C’est bien détaillé et bien argumenté ! Du bien bel ouvrage ! De très beaux profils couleurs en sus.
  • Flaktûrme. Les donjons du III. Reich. Juste « kolossal », ces tours anti-aériennes de Berlin, Hambourg et Vienne ! Contexte de leur conception, construction, équipement, rôles et opérations de guerre. Un vrai article de fond bien structuré, bien complet et superbement illustré. Par Nicolas Anderbegani.
  • Les « diables verts » dans l’enfer blanc. Les Fallschirmjäger dans la bataille de Kirovograd. Un article de facture classique sur le front de l’est par un Christophe Prime qui se faisait trop rare !
  • Les « diables noirs ». L’infanterie de marine soviétique dans la « grande guerre patriotique ». Un article de synthèse sur les spécificités et les engagements de ces unités. Une bonne introduction au sujet par Vincent Bernard.
  • Polundra ! Les opérations amphibies soviétiques en Extrême-Orient. Un sujet rare mais trop court. A approfondir. Par Sylvain Ferreira.
  • Les yeux de la flotte. Les Spetsnaz de la marine soviétique. En un article , ici aussi trop court, Yann Mahé nous propose les portraits de deux figures emblématiques de ces unités de commandos soviétiques. On en veut plus !
  • Une belle fiche technique sur la camionetta Spa-Viberti AS42 Sahariana Desertica. Beaux profils couleurs. Par Laurent Tirone.

Au final, un numéro bien varié avec quelques sujets à approfondir. Bref, on ne s’ennuie pas !

Ligne de front n°71. Numéro des mois de janvier & février 2018. Un magazine des éditions Caraktère. A suivre sur Facebook.

{lang: 'fr'}

Red Typhoon. Revolution Games. Wargame.

Une occasion s’est présentée d’acquérir ce petit jeu, sous ziplock, récemment. Niveau division, des règles courtes, une carte, 200 pions; bref, le jeu idéal pour jouer en solo !

La carte classique est très lisible (signée Joe Youst), les pions, tout aussi classiques, sont un peu épais. Pas de réelle critique de ce côté là.

Le système repose sur l’attribution, connue à l’avance, de points d’activation par corps d’armée. Chaque point permettant aux unités du corps concerné soit de se déplacer, soit de combattre. Il faut donc deux points d’activation pour se déplacer et combattre dans le même tour (sauf pour les divisions panzer allemandes qui peuvent toujours combattre). C’est simple et assez efficace pour simuler les capacités des belligérants en fonction, on l’imagine, de la préparation d’une offensive ou de l’arrivée de renforts et d’approvisionnements que le joueur n’a pas à simuler dans le détail. J’ai également apprécié les éléments de « chrome » constitués par un assaut parachutiste soviétique et ses unités de partisans dans les bois pouvant servir à couper les lignes d’approvisionnement allemandes.

Pour le jeu, à proprement parler, faute de grande percée soviétique initiale, les tours se sont caractérisés par des offensives soviétiques limitées le long du front et la reconstitution permanente du front allemand à chaque tour jusqu’au moment où il est possible à ce dernier d’engager des contre-attaques tout aussi locales finalement.

J’insiste sur le fait que de ne pas percer franchement la ligne allemande en début de jeu peut amener à une expérience de jeu monotone. Pour ma part, je me suis arrêté au tour 8 (sur 9) sans avoir l’envie de débuter une autre partie. Je pense que le jeu vaut mieux que ça. A ré-essayer à l’occasion !

Un jeu de simulation proposé par Shigeru Hirano chez Revolution Games.

{lang: 'fr'}
Powered by WordPress | Designed by: free drupal themes | Thanks to hostgator coupons and managed hosting