Le titre pose une vraie question ! Comme les lecteurs du rombier le savent, je suis plus porté sur les opérations militaires que sur les opérations de police, fussent-elles celles de corps d’élite comme le GIGN ou le RAID. Le « comment manager » m’a cependant amené à la lecture de ce petit opus de 112 pages édité par les sympathiques Editions Mareuil. En fait, on connaît les « hommes en noir » surtout pour leurs missions et bien moins pour leurs motivations, leur organisation interne et les interactions avec les autres composantes de la Police ou de la Gendarmerie Nationale. L’ouvrage met le doigt sur quelques points clés:
  • le passage d’interventions sur des forcenés ou des prises d’otages « traditionnelles » à des interventions sur le terrorisme islamiste
  • ce qui se traduit par moins de négociation et plus par de véritables opérations de combat
  • la nécessaire adaptation à ce changement fondamental remet en cause les pratiques acquises jusqu’ici avec des taux de succès élevés
  • la difficulté à se remettre en cause (syndrome du « not invented here » bien connu dans les entreprises technologiques) et un besoin de reconnaissance élevé
  • l’intrusion de niveaux de décision supérieurs dans le déclenchement des opérations tactiques
A certains moments, j’ai eu l’impression d’être « pris en otage » (facile, je sais…) dans ce qui paraît être une argumentation précise de l’auteur face à des questions que le lecteur ne maîtrise pas nécessairement… Une espèce de « besoin d’en découdre » sans bien connaître le public visé… De plus, de temps en temps, Jean-Michel Fauvergue utilise des formules bien alambiquées, bien loin du vocabulaire précis des militaires des opérations spéciales ! En même temps, maintenant, il est député LREM ! 😉 Bref, un ouvrage utile mais qui mérite une contextualisation que je ne maîtrisais pas ! Aux Editions Mareuil en janvier 2018.  
Partager