Encore une livraison de bonne facture pour ce numéro 15 du bimestriel de référence en matière d’histoire militaire.

Il est clair désormais que Guerres & Histoire amène à l’histoire militaire tout un public qui ne s’y intéressait pas nécessairement précédemment. En cela, son rédacteur en chef, Jean Lopez, a atteint son objectif permettant au titre d’être pérenne désormais avec une ligne éditoriale inchangée depuis le premier numéro.

On sent régulièrement quelques critiques poindre de ci de là sur les accroches « grand public » des sujets et des titres. Pour ma part, cela ne me pose aucun problème d’autant plus que les articles sont signés de bons auteurs et que chaque article propose une orientation bibliographique de qualité pour aller plus loin. On est bien dans la ligne de Science & Vie: apporter de la connaissance de qualité et ce, de manière ludique. A cet effet, on appréciera l’iconographie abondante et souvent originale.

Après ce petit rappel sur l’intérêt de ce magazine à moins de 6,00€ le numéro, passons au sommaire de ce numéro 15 !

Tout d’abord, le dossier central: L’assassinat de la Luftwaffe. Operation Pointblank. Comment la guerre a été gagnée à l’ouest.

  • Ce dossier s’attache à retracer la guerre aérienne au dessus de l’Europe de 1943 à 1944 ainsi que les décisions successives alliées qui ont amené à l’annihilation de l’aviation allemande pourtant talentueuse et ce juste avant le débarquement en Normandie. Sus cet angle, le sujet a été bien peu traité par ailleurs.
  • c’est tout d’abord Benoist Bihan qui plante magnifiquement le décor dans « La clé du débarquement est à décrocher dans le ciel« .
  • ensuite, Jean-Christophe Noël nous explique le gap technologique qui rendit les choses possibles dans « Des mustangs et des bidons« .
  • c’est ensuite le tour de Pierre Grumberg avec Christophe Reverchon de nous démontrer comment en deux semaines d’opérations, l’aviation allemande est réduite de menace à nuisance dans « Big week et Berlin: deux coups à bout portant ».
  • de nouveau Pierre Grumberg au manche pour nous présenter, selon lui, « les sept péchés capitaux de la Luftwaffe ».
  • Benoist Bihan trace la situation à la veille du Débarquement: « Poinblank ouvre les portes de la victoire ».
  • « Un coup de tonnerre qui résonne encore ». Enfin Benoist Bihan et Laurent Henninger mettent en perspective l’importance de cette victoire de la force arienne au regard  des opérations militaires jusqu’à nos jours. Un article tout en profondeur de vue ! Well done !

Le reste du sommaire:

  • Sacha le sage, le prisonnier miraculé ! Dans la rubrique « Exclusivité », Yacha MacLasha est allé dénicher le témoignage de ce frontovik fait prisonnier à Koursk et qui va survivre aux camps de prisonniers puis à Buchenwald. Ensuite, il a fallu survivre en URSS où l’on ne peut pas dire que les prisonniers de guerre furent bien accueillis… Ce qui fait dire à Sacha Volkov: « Le peuple soviétique a gagné cette guerre en 1945. Moi, seulement en 1958 ».
  • Guerre des Boers, laboratoire des guerres postcoloniales. La rubrique « Caméra au poing » est ici présentée par Joanne Taaffe. Un conflit, entre 1899 et 1902, couvert par les photographes. A une guerre classique succéda une guerre de guérilla et contre-guérilla particulièrement meurtrière, particulièrement pour les civils.
  • Guerre du Kippour: comment Israël s’est laissé surprendre. Eitan Haddok revient sur la surprise stratégique subie par l’état hébreu en octobre 1973 ou comment fait on pour ignorer les avertissements du renseignement humain, comment ne pas utiliser les outils d’écoute disponibles, comment ne pas raisonner tout simplement. Assez hallucinant…
  • Épée à deux mains, la grande faucheuse. Dans la rubrique « Un objet, une histoire », Pascal Guy nous propose d’en savoir plus sur cette arme que j’imaginais plus lourde que ça !
  • Le colonel Brémond, l’anti-Lawrence d’Arabie. Le colonel Rémy Porte est connu pour ses ouvrages historiques et pour son blog, « Guerres & conflits« . Il apporte ici, aux lecteurs de Guerres & Histoire, un autre éclairage sur la guerre d’Arabie où les Français eurent un rôle actif sous la houlette du colonel Brémond. Le fait est que faire ne suffisait pas, il fallait encore le faire-savoir ! 😉
  • Projet Habbakuk, l’épopée du porte-avions de glace. J’ignorais complétement l’existence de ce projet et des expériences faites en ce sens durant la seconde guerre mondiale. Le pykrete, c’est passionnant.  Un article de Laurent Pericone.
  • Andrinople, le glas des légions. Eric Tréguier est le spécialiste de Guerres & Histoire pour la période antique. Il nous restitue ici le contexte de cette bataille qui marqua clairement le déclin de l’Empire romain face aux tribus germaniques en 378. Lire et relire à ce sujet: « Le jour des barbares » d’Alessandro Barbero.
  • Glavany, commando et pilote. Dans le cadre de la sortie des mémoires de ce personnage (« Du bataillon de choc au Mirage » aux éditions Pierre de Taillac en juin 2013), Jean-Dominique Merchet profite de sa rubrique « Forces spéciales » pour nous présenter Roland Glavany. Quel personnage ! Commando de la France Libre et pilote d’essai chez Dassault, observateur aérien en Algérie, général 4 étoiles. Quel parcours en effet !
  • « Les dragons sont bons à tout ». Laurent Henninger est allé interviewer l’historien Hervé Drévillon sur les spécificités et les évolutions de cette infanterie montée bien particulière. Une interview claire et bien menée !
  • La Castille de déchire entre Jeanne et Isabelle. La rubrique « Peindre la guerre » nosu propose de découvrir un artiste et l’une de ses œuvres au travers de son contexte historique. Jean Lopez est à la baguette ici ! 😉
  • Châteaux forts japonais, beauté et efficacité? Les spécificités du château japonais en un temps où l’arme à feu jouait déjà un rôle significatif. Intéressant parallèle avec les châteaux forts en Occident. Par Julien Peltier.
  • Empire des Indes, sous la comédie, le tabou. La rubrique n’est plus signée par Isabelel Delpech mais par Joanne Taaffe. elle est consacrée à l’Empire britannique des Indes de 1935 à 2001.
  • A lire, à voir, à jouer. Assurément ma rubrique préférée dans Guerres & Histoire (ah, ma passion des livres !). Elle s’ouvre sur la présentation de la biographie de Joukov qui vient de paraître chez Perrin et sur l’interview de son auteur Jean Lopez par Laurent Henninger. A lire très prochainement ! 😉 Suivent quatre pages de recensions toujours bien intéressantes. A noter un début de polémique autour de la critique par Benois Bihan du premier ouvrage de Nicolas Bernard, « La guerre germano-soviétique ». Ça mériterait un débat contradictoire sur le sujet ! Il serait sans nul doute passionnant ! A noter toujours une pleine page pour les wargames avec carte et pions par Franck Stora.
  • Quiz « Connaissez-vous la bataille de la Marne ». Il est signé Jean-Claude Delhez. 19/20. Yes ! 😉
  • Waterloo… sans les Anglais ? Charles Turquin, dans sa belle rubrique « D’estoc et de taille » revient sur la participation minoritaire des Anglais dans la bataille de Waterloo. Bon, ok, Charles, t’as raison; mais d’une, les Anglais ont su mobiliser bien des contingents pour se battre efficacement à leur place et vaincre Bonney; et de deux, ils ont un rare talent pour que tout le monde leur attribue la victoire ! Depuis la lecture de la biographie de Wellington par Antoine d’Arjuzon, j’ai un gros respect pour l’armée britannique à l’époque de l’Empire de Napoléon ! 😉

Guerres & Histoire n°15. Bimestriel d’octobre 2013.

Retrouvez Guerres & Histoire sur Facebook.

{lang: 'fr'}
Partager