Dépêches du Vietnam. John Steinbeck. Chez Tempus – Perrin.

Ecrits du crépuscule d’un grand auteur américain !

Dernières dépêches d’un grand-reporter mais aussi d’un « monstre sacré » de la littérature américaine. Mais qu’est donc allé faire l’auteur des « raisins de la colère » dans les guerres du Sud-Est asiatique ?

Ami de Lyndon Johnson, il y est allé tant pour soutenir l’effort de guerre des USA en guerre que pour y retrouver l’un de ses fils engagé dans le conflit. Il n’y est pas allé seul car il était accompagné de sa dernière épouse.

Chaque dépêche est assez courte et couvre bien des thèmes politiques, stratégiques, tactiques, des impressions de voyage.  On appréciera l’acuité de l’auteur sur bien des sujets et particulièrement sur la guerre en elle-même. Tout cela écrit dans un langage fluide et compréhensible par tout un chacun. N’oublions pas qu’il s’adressait au « grand public » américain. Bon, il y a eu quelques coquilles de traduction dont les mines « claymore » transformées en « mines d’argile »… J’en ai bien ri ! 😉

Beaucoup n’ont pas compris l’engagement de l’auteur derrière les autorités américaines de l’époque. L’auteur s’en explique plutôt bien. Les Américains ont perdu la guerre mais les Vietnamiens l’ont-ils gagnée ?

 

Une bonne lecture pour les vacances !

Avec préface, introduction et épilogue en 320 pages aux éditions Tempus.

{lang: 'fr'}
You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress | Designed by: free drupal themes | Thanks to hostgator coupons and managed hosting